• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Evian : Casoni s'en va !

Le Président de l'ETG confirme le départ de Bernard Casoni en fin de saison.

Par Valérie Chasteland

video title

Football : Casoni s'en va !

C'est confirmé ! Le coach de l'ETG ne verrra pas son contrat renouvelé en fin de saison. Bernard Casoni ne rempilera donc pas avec les Roses et pourtant il n'a pas à rougir de ses résultats !

La rumeur courait depuis quelques jours : le contrat du coach de l'ETG ne sera pas renouvelé dans 6 mois. Arrivé en 2010, Bernard Casoni a accompagné la superbe montée de l'ETG de Nationale en Ligue 2 puis vers la L1.

Pourquoi?

Une décision qui ne serait pas dûe au classement du promu en L1 actuellement à la 11ème place . En clair, les résultats sportifs du club qui se défend bien  dans cette première et redoutable année  chez les "grands" ne sont pas en cause. Mais entre la direction du club et le coach, les relations ont toujours été très compliquées. Peu après son arrivée, Bernard Casoni  avait par exemple déclaré dans la presse qu'il ne passerait jamais ses vacances avec son président. Pour la direction, une attaque gratuite. 

Des relations compliquées donc. Des relations qui se sont encore tendues ces dernières semaines. Selon nos informations, Patrick Trotignon, le président de l'ETG, a envoyé une lettre, il y a quelques semaines, à son entraîneur pour lui rappeler les attentes placées en lui et les obligations auxquelles Casoni devaient se soumettre.

Un manque d'implication.

Plusieurs points extra sportifs ont été reprochés à Bernard Casoni et notamment ce que la direction considère comme un manque d'implication. Le coach, après presque deux ans à la tête de l'équipe, n'habite toujours pas en Haute-Savoie. Bernard Casoni logerait en effet à l'hôtel et reprendrait très régulièrement l'avion vers la Corse où il a de nombreuses attaches. Des allers et venues qui lui feraient rater le décrassage du dimanche voire même les entraînements du lundi. Une attitude et des absences aujourd'hui sanctionnées par le club qui a toujours placé l'investissement personnel des joueurs et de son staff en tête de ses valeurs : participation aux manifestations extra sportive, présence au sein du centre de formation... Par ailleurs, Bernard Casoni se serait peu impliqué dans les recrutements d'avant saison. Plusieurs fois, en conférence de presse, l'entraîneur a d'ailleurs déclaré ne pas avoir d'avis sur tel ou tel joueur.

Risqué?

Le problème, c'est que cette annonce semble pour le moins précipitée pour ne pas dire risquée. La saison est loin d'être terminée et l'on peut donc s'interroger sur les conséquences d'une telle éviction tant  sur le plan sportif que dans les vestiaires. Pas évident en effet que le coach continue à travailler à la réussite de son équipe comme il le faisait jusqu'alors.

Une belle histoire pourtant.

Pourtant, entre l'ETG et Casoni, tous les éléments étaient réunis pour que l'histoire dure encore. Les montées successives, le projet à long terme du club... Et les résultats du coach! Casoni est incontestablement l'un des artisans de cette réussite. Après quelques matches chaotiques en début de saison, le coach a su redresser la barre et développer un vrai jeu. Sa recette : un 4-4-2 redoutable qui devrait permettre à l'équipe de se maintenir sans trop de problème. Quel fossé entre les premières rencontres et la toute dernière, le 21 décembre, cette fameuse victoire 4 à 2 face à Montpellier alors pourtant leader du championnat.

Qui pour le remplacer?

Casoni, l'homme complexe, aura donc eu la peau de Casoni l'entraîneur brillant. Et avec son départ annoncé, les première rumeurs quant à son successeur commencent déjà à appraître. Luis Fernandez, déjà évoqué, ressurgit. Mais l'homme a nié être intéressé par un poste d'entraîneur il y a quelques semaines à peine. Le nom d'Elie Baup est également souvent évoqué. L'ancien entraîneur de Saint-Etienne ne nie pas être intéressé, comme il confiait récemment à nos confrères du Parisien : « J’espère toujours trouver un club. Je peux partir dès demain de la télévision si un club m’appelle. J’espère trouver quelque chose en Europe. Je sais qu’il y a une limite. Et si je la dépasse, les présidents de club ne penseront plus à moi. Je n’en suis pas là. Pour l’instant, je ne suis pas sorti du milieu. Je demeure un amoureux du football ».

Sur le même sujet

Ce 23 septembre, Federica a percé le dernier mur

Les + Lus