L'OL ne s'en sort toujours pas

Toujours pas de déclic chez les Lyonnais, tenus en échec sur leur pelouse par Caen samedi (0-0).

Par Régions

video title

LYON, L'OL ne sait plus comment faire

Accroché sur son terrain samedi par Caen (0-0), Lyon a de nouveau affiché le visage d'une équipe vidée mentalement, stérile en attaque malgré des occasions et perturbée par une ambiance très hostile installée par une partie du public qui a joué contre son camp.

Accroché sur son terrain samedi par Caen (0-0), Lyon a de nouveau affiché le visage d'une équipe vidée mentalement, stérile en attaque malgré des occasions et perturbée par une ambiance très hostile installée par une partie du public qui a joué contre son camp. L'OL garde la main pour la troisième place avec deux longueurs d'avance sur le Paris SG.

Mais pour assurer le podium, il faudra gagner à Monaco, qui lutte pour sa survie en L1,ou au moins obtenir un  nul, sachant que la différence de buts est de +4 en faveur des Lyonnais sur le PSG.

La défaite est d'autant moins envisageable que les Parisiens joueront à Saint-Etienne qui n'a plus rien à espérer, si ce n'est l'échec des Lyonnais. Mais Lyon, toujours en équilibre précaire et qui n'a pris que deux points sur neuf durant les trois dernières journées, doit surtout rester concentré sur lui-même.

Contre Caen (16e), l'équipe a affiché une attitude positive mais a semblé gênée par le climat détestable régnant autour d'elle. Les groupes ultras ont profité du dernier match de la saison à domicile pour déverser encore leur fiel sur l'entraîneur Claude Puel, coupable à leurs yeux du déclin de l'OL et dont ils demandent le départ, à un an du terme de son contrat. Avant la rencontre, ceux du virage sud avaient manifesté devant le siège, sans incident. Pendant le match, le virage nord n'a cessé de chanter des slogans haineux et moqueurs vis-à-vis du technicien ou encore de brandir des banderoles, avant qu'une partie des supporteurs ne quitte les gradins à la 69e minute.

Samedi, le président Jean-Michel Aulas a déploré cette "ambiance", surprenante alors que l'enjeu est la 3e place, synonyme de 12e qualification consécutive pour la Ligue des Champions. Lyon serait aussi pour la 13e fois de suite sur le podium... Mais à force de soutenir l'entraîneur qu'il a choisi, seul face au ressenti négatif du public lyonnais, Aulas, qui appelait avant la rencontre à l'unité, a vu son discours devenir inaudible. Toutefois, une certaine complaisance de l'OL à l'égard du virage nord pour qu'il puisse manifester ainsi dans le stade n'est pas à écarter totalement, pour donner des arguments au club quand il faudra négocier le départ du technicien, estimé à près de 4 millions d'euros.

Sur le même sujet

Les + Lus