• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

La 20ème édition ouvre ses portes

Le sommet de l'Elevage confirme qu'il est un rendez-vous incontournable pour l'agriculture et l'élevage

Par Béatrice Nguyen

video title

Les éleveurs du Maghreb en visite dans le Cantal

A l'occasion du Sommet de l'élevage, plusieurs visites se déroulent sur le terrain. Une délégation de représentants des pays de la Mediterrannée était dans le Cantal. Objectif : la rencontre avec des professionnels de la filière viande, autour des races Aubrac, Salers et Charolaise.
Voir le reportage de Daniel Pajonk et René Thévenot.

Plus de 1 000 exposants, 2 000 animaux, 28 conférences, des visites de centres technqiues et d'élevages... Le Sommet de l'élevage se veut cette année encore une réponse à la crise qui touche  l'agriculture.

Son objectif : valoriser les races à viande, notamment vers l'exportation, et cette année faire la part belle au secteur du lait qui est en forte progression.

En 20 ans, le Sommet n'a cessé de progresser :

  • 300 animaux en 1992, 2 000 aujourd'hui;
  • 132 exposants en 1992, 1250 aujourd'hui;
  • 12 000 visiteurs en 1992, 75 000 aujourd'hui.

Pour ses vingt ans, le Sommet met à l'honneur la race Limousine qui organise son concours national.

Les délégations étrangères n'ont  jamais été nombreuses que cette année : 2 500 visiteurs étrangers sont attendus, en provenance d'une soixantaine de pays.

Elles pourront visiter des élevages, des abattoirs, et des centres d'insémination...

Les premières Rencontres élevage France-Pays méditerranéens auront lieu. Les pays du Magreb, espoirs de forts débouchés, sont présents. Une délégation a participé à une visite d'élevage dans le Cantal.

Une délégation officielle chinoise d'une vingtaine de personnes est également accueillie, accompagnée par le Ministère de l'Agriculture français et l'INRA. Dès l'ouverture ils ont arpenté les allées du salon. Ils ont découvert les joies de l'entraînement du rugby , avec le joug.

Sur le même sujet

Grêle dans la Drôme : nouveau coup dur

Les + Lus