Loire: Ouverture d'une école de la 2ème chance

© France3 Loire
© France3 Loire

Provisoirement installée dans les locaux de la chambre de commerce elle acceuille une quinzaine de jeune

Par Isabelle Gonzalez

L'école de la deuxième chance est l'une des initiatives européennes proposées dans le Livre Blanc "Enseigner et apprendre : vers une société cognitive", présenté par Edith Cresson lors du sommet des chefs d'Etat de Madrid de décembre 1995, puis adopté par les ministres de l'Education des Etats membres.

Le dispositif E2C a pour objectif de réduire de moitié le nombre de personnes de 18 à 24 ans n'ayant accompli que le premier cycle de l'enseignement secondaire, ne poursuivant pas leurs études ou leur formation et, d'assurer leur intégration professionnelle et sociale.

Quel est le programme ?

L'accent est mis sur la maîtrise des savoirs fondamentaux - lecture, écriture, calcul, informatique, pratique d'une langue étrangère - et sur la formation en alternance au sein de l'entreprise pour apprendre aux jeunes leurs futurs métiers. L'ambition est d'engager un partenariat avec les entreprises pour répondre aux enjeux du marché de l'emploi local.

Combien de temps dure la scolarité ?

La scolarité varie entre 6 à 24 mois selon le temps dont les élèves ont besoin pour acquérir les savoirs et les compétences nécessaires à leurs insertions professionnelles. A la fin de chaque parcours, les jeunes obtiennent un certificat qui indique leurs niveaux de compétences. Il sert ensuite de passeport pour entrer dans la vie active. Pendant toute la durée de la scolarité, les jeunes sont rémunérés au titre de la formation professionnelle.

Quels sont les critères de sélection pour rentrer dans une E2C ?

Tous les jeunes garçons ou filles n'ayant pas validé un niveau CAP de qualification et ou n'ayant jamais eu d'expérience professionnelle en entreprise peuvent postuler. Le seul critère d'entrée est la motivation et l'acceptation des règles de l'école.

Quel est le profil demandé pour y enseigner ?

La plupart des enseignants viennent de l'Education nationale mais peuvent aussi avoir une expérience différente : au sein d'institutions comme les chambre de commerces, d'entreprises, voire dans une profession libérale. Le point important est la motivation et la capacité à transmettre son savoir à un public en difficulté qu'il s'agit de suivre avec attention et d'encourager.

Quel est le taux de réussite ?

En 2010, le taux de sortie positive, soit vers une formation qualifiante soit vers l'emploi, est autour de 64 %. Ce taux se partage par moitié entre les sorties en formation et les sorties vers l'emploi. A noter : la part des sorties en alternance (contrats d'apprentissage et/ou de professionnalisation) représente 11 % du total des sorties.

Sur le même sujet

Les + Lus