• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lyon : “Paru Vendu” liquidé

Le tribunal de commerce de Lyon prononce la liquidation judiciaire de "Paru Vendu" né en 1968 à Grenoble.

Par AFP

video title

video title

Grenoble : "Paru-Vendu" était né en Isère

C'est une expérience de presse commencée en 1968 à Grenoble, avec un journal de petites annonces qui s'appelait encore Le 38, à laquelle le tribunal de commerce de Lyon doit mettre fin. Les employées grenobloises de "Paru-Vendu" se souviennent.

Le tribunal de commerce de Lyon a prononcé, ce jeudi 3 novembre, la liquidation judiciaire de la Comareg, éditeur du leader français de la presse gratuite d'annonces, "Paru Vendu" et d'Hebdoprint, son centre d'impression, sociétés du Groupe "Hersant Média".

Les deux sociétés employaient 1.650 personnes dont 23 à Grenoble où avait démarré l'aventure en 1968.


Annonçant la décision, le président du tribunal a "remercié les salariés" et leur a souhaité "bonne chance".


Plusieurs centaines de salariés s'étaient massés devant le palais de justice, distribuant de faux "Paru vendu" titrés "Paru vendu liquidé".

Selon les représentants du personnel, la liquidation judiciaire de ces sociétés est la plus importante en France cette année.


"Ils nous ont menés en bateau jusqu'à la semaine dernière. Ils nous ont fait croire à une reprise", s'est indigné Laurent Pilliteri (délégué CGT pour Hebdoprint).


La Comareg explique simplement la liquidation par "la migration du marché des petites annonces sur internet et la crise économique qui a réduit l'ensemble des investissements publicitaires dans l'emploi, l'immobilier, l'automobile".


Leader de la presse gratuite d'annonces, la Comareg était en redressement judiciaire depuis le 30 novembre 2010. Hebdoprint avait, de son côté, fait l'objet d'une procédure de sauvegarde. Les deux sociétés employaient respectivement 1.150 et 500 salariés, tous appelés à être licenciés. Un dernier plan de sauvegarde de l'emploi, lancé en février dernier pour sauver les sociétés, avait porté sur 758 suppressions de postes.

Le Groupe "Hersant Media" avait indiqué vendredi dernier n'avoir reçu aucune "offre recevable de reprise" de son pôle de presse gratuite d'annonces, composé des deux sociétés.

Le Groupe "Hersant Media", héritage aujourd'hui lointain de l'empire de Robert Hersant, contrôle actuellement quelque 27 titres de presse, deux chaînes de télévision locales et sept stations de radio.

Sur le même sujet

Lyon accueille le 2e Festival International du Logement Social

Les + Lus