Polémique au lycée Cévenol

Le jeune homme accusé de l'assassinat et du viol d'Agnès était passé devant le conseil de vie scolaire

Par AFP

Le lycéen accusé de l'assassinat et du viol d'Agnès, 13 ans, en Haute-Loire était

passé en "conseil de vie scolaire" en juin 2011, a annoncé lundi l'établissement,

qui s'est cependant refusé à dire si son comportement sexuel était en cause.

"Il est passé en conseil de vie scolaire", et non en conseil de discipline (qui

constitue le stade de gravité supérieur), a insisté Alberto Munoz, administrateur

de cet établissement du Chambon-sur-Lignon devant la presse réunie dans l'après-midi au Collège-lycée cévenol.

"On ne peut pas dévoiler la teneur des dossiers" mais "il me semble évident que

s'il y avait eu des violences répréhensibles par la loi, ça serait allé au-delà

d'un conseil de vie scolaire", a-t-il ajouté.

M. Munoz a cependant refusé de préciser ses propos du matin, dans lesquels il

avait évoqué "des petits gestes" et "des signes avant-coureurs qui, à la lecture

des évènements actuels, auraient été des indices".

Il s'est aussi refusé à dire si ces "gestes" étaient l'objet de la réunion de

ce conseil. "C'est facile de reconstruire les choses a posteriori", a-t-il encore

dit.

"Il y a eu un conseil de discipline, il a été sanctionné, mais comme d'autres

enfants, comme d'autres jeunes...", avait déclaré un peu plus tôt Sylvie Debard,

représentante des parents d'élèves.

Elle a cependant nié avoir parlé de "comportements inadéquates" avec des jeunes

filles comme le rapporte le journal 20 minutes."C'étaient des comportements qui étaient débordants sur le plan relationnel, tant avec le personnel d'encadrement qu'avec les élèves", a-t-elle déclaré à l'AFP, se refusant elle aussi à toute précision.

Le rectorat de Clermont-Ferrand, interrogé lundi par l'AFP, n'était quant à lui

pas informé de l'objet du conseil tenu par ce collège privé sous contrat avec l'Etat.

Seuls les compte-rendus des conseils de discipline des établissements publics lui

sont communiqués, a expliqué le rectorat.

Par ailleurs, la direction régionale de la Protection judiciaire de la jeunesse

(PJJ) n'a pas souhaité s'exprimer sur une éventuelle défaillance de sa part dans

le suivi de ce jeune sous contrôle judiciaire, renvoyant vers le ministère de la

Justice.

Le gouvernement a assuré lundi que la prévention de la récidive devait être "une

priorité absolue" et a annoncé qu'une loi serait présentée sur "l'évaluation de

la dangerosité" des délinquants, en réponse à la polémique ayant éclaté après le

meurtre de la collégienne.

Sur le même sujet

Les + Lus