Sassenage : un ingénieur libanais licencié

Air Liquide a été contraint début octobre de licencier un ingénieur libanais récemment embauché.

Par AFP

video title

Sassenage (38) : Un chercheur libanais renvoyé

Un ingénieur libanais en CDI chez "Air Liquide" va devoir quitter son poste. La préfecture de l'Isère a refusé de renouveller son autorisation de travail au motif qu'il y aurait 58 ingénieurs au chômage dans l'agglommération grenobloise.

Les services de l'Etat ont en effet refusé de lui accorder une autorisation de travail, une décision qui a suscité l'ire des syndicats. Diplômé de l'Université de Compiègne, Amro, ingénieur libanais de 25 ans, a été embauché le 1er juin en CDI par le site d'Air Liquide Advanced Technologies à Sassenage (Isère).

 Ne disposant que d'une carte de séjour temporaire expirant le 4 octobre, il a fait une demande d'autorisation de travail dès le mois de mai auprès de la Dirrecte (Direction régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail) de Rhône-Alpes.


Air Liquide a reçu une réponse négative le 3 octobre et a dû licencier son salarié
le 4 au soir pour ne pas se retrouver dans l'illégalité. "J'ai pris cette décision de refus sur une motivation liée à la situation de l'emploi", a expliqué Philippe Nicolas, directeur de l'unité territoriale Isère à la Dirrecte.


Il a notamment souligné qu'il existait dans la région 396 demandeurs d'un emploi d'ingénieur projet pour seulement 90 offres, ce qui devrait permettre à Air Liquide
d'embaucher un ingénieur français.


Sa décision a suscité l'émoi des syndicats qui ont rédigé une pétition signée par 183 salariés du site. Dans ce texte, la CFDT, la CGT et la CGC dénoncent une"décision inique de l'administration" qui "institue de fait une préférence nationale à l'embauche".Ils dénoncent les conséquences d'une circulaire du 31 mai 2011 qui restreint "sévèrement
les possibilités d'accès à l'emploi des étrangers en France".


"Bien sûr, depuis cette circulaire, ce n'est pas le laissez-faire à tout crin", admet M. Nicolas, en assurant cependant avoir pris sa décision sur la base d'un "dispositif qui prévaut depuis 1945".


De son côté, la direction d'Air Liquide fait valoir "les compétences de ce jeune ingénieur et la satisfaction qu'il nous a apporté depuis le mois de juin". "Le critère de nationalité n'est pas un critère de recrutement chez nous", précise Marie-Pierre Merel, directrice des ressources humaines.


Suite à un recours gracieux du groupe, un rendez-vous a été pris avec la Dirrecte pour mercredi. "Les arguments que m'a développés récemment Air Liquide méritent qu'on s'y arrête", a admis M. Nicolas.

Sur le même sujet

Les + Lus