Sécheresse : l'Isère au stade d'alerte

Les cours d'eau de 5 secteurs sont concernés. En montagne (Chartreuse, Vercors, Drac) et en Nord-Isère.

Par France 3 Alpes et communiqué

video title

Isère : stade d'alerte à la sécheresse

le comité de vigilance sécheresse réuni hier lance une alerte pour certains cours d'eau faiblesse des précipitations en février mars/ léger mieux au printemps mauvais début d'août 5 massifs concernés et des mesures à prendre

La préfecture de l'Isère a publié un communiqué faisant état d'un niveau d'alerte à la sécheresse, suite à une concertation entre les services de l’Etat, Météo-France, ainsi que les représentants des usagers de l’eau.

 Les pluies abondantes du printemps ont permis de combler le retard accumulé à la suite de la faiblesse des précipitations accusée en février et mars. Mais le mois de juillet a été marqué par un fort déficit pluviométrique, puisqu'aucune précipitation n'a été enregistrée après le début du mois.

Les orages du 5 et 6 août dernier ont permis une recharge temporaire des cours d'eau, mais le déficit reste marqué et aucune précipitation significative n'est attendue prochainement.

Aucun problème sur les nappes phréatiques

Le comité a pu constater que la situation des nappes n'est pas problématique dans le département, la recharge du printemps ayant été exceptionnelle après un hiver déficitaire. En revanche, le déficit se creuse au niveau de la ressource superficielle (cours d'eau), en particulier sur les territoires de montagne (Chartreuse-Guiers, Drac, Vercors). Certains bassins du Nord-Isère présentent une situation fragile, c'est le cas des bassins Chambaran-Galaure et Varèze-Sanne.

5 bassins en situations d'alerte

Le comité a donc proposé au Préfet de placer 5 bassins en situation d'alerte concernant la ressource superficielle : Chartreuse-Guiers, Drac, Vercors, Chambaran-Galaure et Varèze-Sanne.

Restriction de consommation

Le respect des restrictions de consommation en vigueur, et la modération des consommations de tous les usagers, domestiques, industriels et agricoles permet, par la diminution des prélèvements dans le milieu naturel, de soulager la ressource et ainsi de retarder l’éventuel renforcement des restrictions.

Le reste du département reste placé en situation de vigilance pour la ressource superficielle (et également pour les eaux souterraines au niveau de la nappe de l'Est Lyonnais).

Les mesures de restriction relatives aux situations d’alerte sont les suivantes

Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable sont limités sur l’ensemble des territoires des communes faisant partie de ces bassins de gestion, quel que soit le lieu de prélèvement de l’eau, que la ressource soit superficielle ou souterraine. Les dispositions les plus strictes s’appliquent (exemple : pour un bassin de gestion en alerte pour les eaux souterraines et en crise pour les eaux superficielles, l’utilisation de l’eau potable est soumise aux dispositions de crise).

Dans les zones classées en « Alerte », elles consistent principalement en l’interdiction :

  • du lavage des voitures hors stations professionnelles ;
  • du remplissage des piscines de plus de 5 m3 à usage privé ;
  • du fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert ;
  • de 6h à 20h, de l’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, des golfs, et des stades et espaces sportifs

En outre, une réduction globale de 20% de l’irrigation agricole est imposée.

D'autre part, il est rappelé à toutes les personnes les risques accrus d'incendie dans cette période sèche. La vigilance de tous est nécessaire.

Cette situation pourra être revue dans les semaines à venir au vu de l’évolution de la situation météorologique, et des débits des cours d’eau ou des niveaux des nappes du département.

Le comité vigilance sécheresse se réunira à nouveau le 24 août prochain pour proposer au Préfet, en fonction de l’évolution de la situation, les mesures adaptées de gestion de l’eau.

Sur le même sujet

Les + Lus