• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

St-Alban-Leysse (73) : Manifestation des “CAMIVA”

© C. Picaud. France 3 ALpes
© C. Picaud. France 3 ALpes

Depuis la rentrée, les salariés de CAMIVA continuent à se mobiliser. Une journée d'action a lieu ce jeudi.

Par France 3 Alpes

Depuis 6H, les employés de CAMIVA, spécialiste des véhicules anti-incendie, sont à nouveau mobilisés. C'est la deuxième journée d'action depuis la rentrée. La première a eu lieu le 11 septembre dernier.

L'avenir de l'usine savoyarde d'IVECO MAGIRUS CAMIVA, filiale de Fiat Industrie, reste au cœur des préoccupations des manifestants. Le site doit fermer ses portes, suite à une décision de délocalisation de la production vers l'Allemagne.

Manifestation jeudi 20 septembre devant l'usine CAMIVA

Crédit photo : C. Picaud - France 3 Alpes

Pas d'avancées dans les négociations

Ce jeudi matin, les manifestants ont commencé par provoquer des ralentissements de la circulation aux abords de l'usine, avant de se réunir devant son entrée. Des pneus et des palettes ont été enflammés.

Côté syndicats, on explique que les négociations avec la direction n'avancent pas, surtout en ce qui concerne l'obtention d'une prime de licenciement supplémentaire. Enfin, dernier sujet d'inquiétude, la vente supposée des bâtiments de l'entreprise qui hypothéquerait définitivement l'idée de l'implantation d'un pôle d'excellence en matière de service après-vente et de personnalisation de véhicules d'incendie à St-Alban-Leysse. Ce pôle est promis à la région lyonnaise mais, avec les élus locaux, des salariés espèrent encore le voir ouvrir en Savoie.

St-Alban-Leysse (73) : Manifestation des "CAMIVA" (1)

CAMIVA. Interview du délégué syndical CGT de par France3Alpes

                                     Un plan de licenciement

Le plan de licenciement pour motif économique touche les 171 salariés du site savoyard, avec des propositions de reclassement interne au sein du groupe IVECO essentiellement en Rhône-Alpes, sur les sites de production d'Annonay et de Vénissieux-Saint-Priest.

Sur le même sujet

Cantal : à la découverte du seul élevage de lapins angora d’Auvergne

Les + Lus