• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Un incendie détruit un entrepôt de 7500 m2

© France3 Lyon
© France3 Lyon

A Saint Etienne les pompiers ont lutté pendant plusieurs heures pour venir a bout de l'incendie

Par Isabelle Gonzalez

video title

video title

Un incendie détruit un entrepôt de 7500 m2

Les flammes ont épargné le bâtiment qui abrite les archives de l'armée. Mais les dégâts sont très importants et rendent difficile la reprise du travail pour les employés inscrits au tableau de service ce lundi matin.

L'important incendie d'une entreprise de conditionnement stéphanoise était quasiment éteint le soir de noël soit une trentaine d'heures après son départ, mais les activités voisines: La Poste et les archives de l'Armée de Terre vont être perturbées.
L'essentiel était éteint, seuls quelques foyers résiduels demeuraient, de ce fait une vingtaines de sapeurs-pompiers étaient maintenus sur place jusqu'à ce lundi matin,
Alors que l'entrepôt de BBA Emballages, où sont employés une quinzaine de salariés,
est totalement détruit, les deux activités situées à proximité ne pourront par
reprendre dans l'immédiat.

Une plate-forme de tri de La Poste dans laquelle travaillent 180 personnes est
endommagée, notamment après l'écroulement partiel du mur de séparation avec l'entreprise où a pris naissance samedi après-midi l'incendie d'origine indéterminée.

Le maire de Saint-Etienne, Maurice Vincent, a déclaré dimanche dans un communiqué
avoir "pris la mesure des dégâts importants causés au centre de tri postal, qui
ne pourra fonctionner durant plusieurs mois, et pour lequel les responsables présents
activent dès maintenant un plan de secours".
La chaleur a fait éclater des vitres du bâtiment et des fumées importantes s'y sont propagées. L'entreprise Ediacat, occupe depuis début 2010  trois niveaux de la zonne industrielle de Molina-la-Chazotte, elle emploie 156 personnes.

Un lundi de constat

Dès ce matin (26/12/2011) sur le site de cet incendie sepctaculiare des milliers de métres carrés d'entrepot sont partis en fumée. On pensait que les archives de l'armée de terre étaient en partie détruites. Visiblement ce n'est pas le cas. Les deux autres entreprises concernées ont eu de gros dégats mais elles pourront porusivre leur activités ailleurs. En clair, il n'y aura pas de chômage partiel.

>>> Reportage de Pierre Didier et de Patrick Perrel (25/12/2011)

>>> Reportage Odile Barthélémy  et Loïc Beunaiche (26/12/2011)

Sur le même sujet

Top 14 : Franck Azéma analyse la défaite de l'ASM en finale contre Toulouse

Les + Lus