Viol et assassinat

L'adolescent de 17 ans a été mis en examen pour viol et assassinat d'Agnès, 14 ans.

Par Cyrille Genet

video title

video title

l'émotion au Chambon sur Lignon

ce matin le village est sous le choc. Les aveux d'un jeune homme ont permis de découvrir le corps calciné d'Agnés, la jeune fille de 13 ans qui avait disparu mercredi

C'est un meurtre avec préméditation exercé de façon "brutale et violente" a expliqué le Procureur de la République de Clermont-Ferrand en fin de journée, samedi. Le jeune homme agé de 17 ans qui était passé aux aveux vendredi soir encourt désormais la prison à perpétuité.  Il est accusé d'avoir violé, tué et brûlé une jeune fille de 13 ans, élève dans le même établissement de ce petit village d'ordinaire paisible en Haute-Loire. Elle avait disparu mercredi dernier. Son corps calciné avait été retrouvé vendredi soir vers 22h après que le jeune homme ait indiqué le lieu aux gendarmes, un endroit escarpé et isolé dans les bois aux environs du Collège-Lycée Cévenol, un établissement qui accueille 160 enfants dont la moitié de pensionnaires.

Une personnalité troublée

L'adolescent était sous contrôle judiciaire depuis un an, il lui était repproché d'avoir agressé une autre jeune fille dans des circonstances similaires, en août 2010 dans le Gard. Il avait été mis en examen pour agression sexuelle, avait éffectué 4 mois de détention provisoire avant d'être placé sous contrôle judiciaire fin 2010 avec obligation de séjourner dans un internat, mais la justice n'avait pas précisé lequel. Il avait aussi l'obligation d'un suivi thérapeutique et psychatrique. Les professionnels qui l'accompagnaient avaient estimé qu'il était adaptable et réinserable.

Un enchainement de faits

Les deux jeunes gens étaient partis se promener mercredi dernier. Pour le Procureur et les gendarmes, la préméditation est maintenant avérée. Au début de sa garde à vue dans la nuit de vendredi à samedi il a d'abord déclaré l'avoir "bousculée" puis il a indiqué l'endroit où elle se trouvait. Sur place les enquêteurs de la brigade scientifique de la gendarmerie ont trouvé au cours de la matinée un bouton et une clé qui avaient resisté au feu et qui ne laissaient plus de doutes sur l'identité de la victime, mais aussi des éléments qui prouvent qu'il avait anticipé son acte macabre.

Demain une marche blanche

Dans la journée des affiches ont été placardées dans les rues du village et chez les commerçants appelant à une marche blanche dimanche à 10 heures au départ de la Maire. Un hommage silencieux de ses camarades et d'une population touchée par la violence de ce meurtre.

Sur le même sujet

Les + Lus