Cet article date de plus de 8 ans

L'INSEE se penche sur le Sud Grésivaudan entre Grenoble et Valence

L'INSEE Rhône-Alpes vient de livrer une étude intéressante sur le Sud Grésivaudan. A mi-chemin entre Grenoble et Valence, ce territoire qui relie le coeur des Alpes à la vallée du Rhône, est en voie de périurbanisation.
Vue aérienne de Saint-Marcellin
Vue aérienne de Saint-Marcellin © DR
Composé de 48 communes, le Sud Grésivaudan compte environ 43.300 habitants. Dans son analyse, l'INSEE note d'abord que population du Sud Grésivaudan n'a pas cessé de croître depuis 1975, mais c'est dans les années 2000 que la croissance démographique s'est accélérée (+1,4% par an sur la période 1999-2009 contre +0,7% sur la période 1990-1999).

L'augmentation de la population reste toujours le fait de l'apport migratoire. Entre 2003 et 2008, le solde migratoire est positif de 1700 habitants, en provenance très majoritairement de l'aire urbaine de Grenoble. Cet apport, de type périurbain, est composé de familles de trentenaires avec enfants, souvent diplômés.

Une zone périurbaine de Grenoble?


Même si le Sud Grésivaudan ne peut pas encore être considéré comme une zone périurbaine de Grenoble, les navettes domicile-travail augmentent. Ainsi, 40% des actifs résidant sur ce territoire travaillent en dehors du territoire, contre 34% en 1999.

Cette évolution, caractéristique des territoires en voie de périurbanisation, s'accompagne d'une augmentation des nuisances. Les déplacements engendrent une émission annuelle de plus de 900 kilos de CO2 par habitant, c'est 300 kilos de plus que la moyenne régionale. Toutefois, grâce à une bonne desserte ferroviaire, la part des déplacements en transport en commun est supérieure de près de 5 points à celle constatée dans des territoires comparables.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire