Cet article date de plus de 4 ans

Isère: un artisan de Bonnefamille abat un cambrioleur

Un homme âgé de 48 ans est mort, dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 juin, à Bonnefamille, dans le Nord-Isère. Ce cambrioleur a été abattu par un propriétaire. L'auteur du coup de feu mortel est un maçon âgé d'une soixantaine d'années. Son fils, qui a également tiré, est aussi en garde à vue.
© Maxence Regnault
C'est dans une maison située au lieu-dit La Cornière, à Bonnefamille, que le drame s'est produit, vers 0h20. Les secours ont été appelés par le propriétaire qui venait de tirer sur un cambrioleur. A leur arrivée, pompiers et équipe du SMUR ont effectivement découvert un homme dans une voiture, en arrêt cardio-respiratoire. Il n'a pu être ranimé. 

Reportage Maxence Regnault et Jérôme Ducrot
durée de la vidéo: 01 min 04
Cambriolage mortel à Bonnefamille (Isère)

La victime, originaire de Toulon et déjà connue des services de police pour des vols avec agression, appartenait à un groupe de trois ou quatre malfaiteurs qui avaient pénétré dans cette habitation. Ils ont surpris un couple qui dormait et les ont forcés à rester coucher.

L'épouse criant, son fils, âgé de 37 ans, a accouru d'une habitation voisine, avec un fusil de chasse. Il a tiré dans les volets. Les cambrioleurs ont pris peur et se sont enfuis. Le maçon a alors chargé une arme avec des cartouches de plomb. Un violent échange a alors eu lieu devant la maison avec l'homme de 48 ans qui a finalement décidé de partir. Croyant qu'à un moment il rebroussait chemin pour revenir à sa rencontre, le maçon aurait tiré une première fois en l'air et une seconde fois en direction de la victime, selon ses explications. Grièvement blessé, le malfaiteur a regagné sa voiture, alors que le fils aurait continué à tirer à 3 reprises. C'est au volant du véhicule que le blessé a été retrouvé inanimé, sans qu'on puisse le ramener à la vie. 

Conférence de presse du procureur de Vienne 
durée de la vidéo: 03 min 24
Décès d'un cambrioleur, interview du procureur

Père et fils sont toujours entendus à la gendarmerie de Bourgoin-Jallieu. La Section de Recherches de Grenoble a été saisie par le procureur de Vienne qui dirige l'enquête. Deux procédures sont ouvertes, l'une pour "homicide volontaire" (ce qui ne nie pas la possible légitime défense), la seconde pour "tentative de vol par effraction avec violences et en réunion". Les autres malfaiteurs n'ont toujours pas été retrouvés.

Selon le maire de la commune, la maison, -qui abritait aussi l'entreprise de maçonnerie familiale-, aurait déjà été cambriolée "à 3 ou 4 reprises". 

Le cas d'Albi

Début avril, pour des faits similaires, un buraliste d'Albi a été condamné à 7 ans de prison. Sa riposte, -tuer un cambrioleur de 17 ans avec un fusil de chasse-, a été jugée "disproportionnée" par la cour d'assises. La qualification de légitime défense, demandée par l'avocat général, n'avait pas été retenue. Le contexte était toutefois différent car après avoir constaté que les barreaux de son établissement avaient été sciés, le buraliste s'était préparé au retour des voleurs: son fusil était chargé et il dormait dans la réserve. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers