L'Assemblée autorise une expérimentation du cannabis thérapeutique sur certaines pathologies

L'Assemblée nationale a donné son feu vert à l'expérimentation du cannabis thérapeutique. Photo d'illustration. / © Guillaume Bonnefont / MAXPPP
L'Assemblée nationale a donné son feu vert à l'expérimentation du cannabis thérapeutique. Photo d'illustration. / © Guillaume Bonnefont / MAXPPP

L'expérimentation du cannabis thérapeutique, proposition portée par le député de l'Isère Olivier Véran, a été autorisée par l'Assemblée nationale ce vendredi pour une durée de 2 ans. Elle concernera "certaines pathologies" pour lesquelles les dérivés du cannabis constituent un apport thérapeutique.

Par M.D. avec AFP

L'Assemblée nationale a donné son feu vert à une expérimentation de l'usage médical du cannabis vendredi 25 octobre. Un amendement du rapporteur Olivier Véran (LREM), député de l'Isère, voté à main levée par l'Assemblée qui autorise pour deux ans une telle expérimentation, à laquelle l'agence du médicament (ANSM) avait déjà donné son aval.

"Je souhaite vivement que cette expérimentation puisse débuter au cours du premier semestre 2020", a réagi la secrétaire d'État Christelle Dubos. "Elle pourra porter sur 3.000 patients en France et visera à expérimenter l'impact positif des dérivés du cannabis sur certaines pathologies", a expliqué Olivier Véran, en rappelant que "17 pays de l'Union européenne ont déjà autorisé des traitements à base de cannabis médical".
 

"Ce n'est absolument pas la martingale, ce n'est pas le Graal de l'anti-douleur, il ne s'agit pas de développer un nouveau médicament qui remplacerait le paracétamol ou un autre antalgique mais de trouver le moyen d'un nouveau traitement adjuvant", a souligné le député de l'Isère, ajoutant que l'expérimentation "se conduira dans un cadre scientifique, sécurisé et qui sera évalué".

Elle concernera des personnes souffrant de maladies graves telles que certaines formes d'épilepsies, de douleurs neuropathiques, d'effets secondaires de chimiothérapie, de soins palliatifs ou contractions musculaires incontrôlées de scléroses en plaques. Des pathologies pour lesquelles les dérivés du cannabis peuvent constituer un apport thérapeutique supplémentaire.

 

Fleurs séchées, huiles et tisanes


L'expérimentation sera menée dans plusieurs centres hospitaliers, en particulier des centres de référence pour les pathologies concernées. Une prescription initiale hospitalière sera effectuée par un médecin spécialiste, neurologue ou médecin de la douleur notamment. Les patients devront d'abord se fournir en pharmacie hospitalière puis pourront renouveler leurs traitements en pharmacie de ville.
 

L'agence du médicament s'est prononcée en faveur de modalités d'administration assez larges : le traitement pourra ainsi prendre la forme de fleurs séchées, d'huiles et éventuellement de tisanes. Les différentes posologies pourront intégrer des rapports très variables entre les deux principes actifs : le tetrahydrocannabinol (THC) aux effets psychoactifs, et le cannabidiol (CBD) qui entraîne plutôt une relaxation musculaire.

La mesure a été accueillie favorablement dans l'hémicycle. "Il faut passer outre les critiques qui sont faites autour de cette proposition puisqu'un groupe d'experts avait validé le principe" d'une expérimentation, a estimé le député LR Jean-Pierre Door. "Toutefois cela pose la question de la filière d'approvisionnement, la France n'autorisant pas la production de cannabis", a rappelé le communiste Pierre Dharréville.

 

Sur le même sujet

Les + Lus