L'assemblée nationale s'apprête à autoriser une expérimentation du cannabis thérapeutique

L'assemblée nationale s'apprête à autoriser une expérimentation du cannabis thérapeutique. Le résultat du vote devrait être connu dans le nuit du 24 au 25 octobre 2019 / © Guillaume Bonnefont - IP3 PRESS/MAXPPP
L'assemblée nationale s'apprête à autoriser une expérimentation du cannabis thérapeutique. Le résultat du vote devrait être connu dans le nuit du 24 au 25 octobre 2019 / © Guillaume Bonnefont - IP3 PRESS/MAXPPP

Il y a à peine trois semaines, le député isérois Olivier Véran annoncait qu'il défendrait un amendement en faveur du cannabis thérapeutique. Ce jeudi 24 octobre, les députés s'apprêtent à autoriser son expérimentation. Le résultat du vote devrait être connu dans la nuit du 24 au 25 octobre 2019. 

Par FC avec AFP

L'Assemblée nationale s'apprête à autoriser une expérimentation du cannabis thérapeutique : le vote devrait avoir lieu jeudi 24 octobre 2019 ou dans la nuit du 24 au 25. Olivier Véran, député isérois avait annoncé le 9 octobre vouloir défendre cet amendement dont il est à l'initiative.  
 

Cette expérimentation concernera des personnes souffrant de maladies graves - certaines formes d'épilepsies, de douleurs neuropathiques, d'effets secondaires de chimiothérapie, de soins palliatifs ou contractions musculaires incontrôlées de scléroses en plaques - pour lesquelles les dérivés du cannabis peuvent constituer un apport thérapeutique supplémentaire. 

Je propose qu'on l'expérimente de manière à regarder chez les malades en vie réelle quels sont les dosages et les produits qui sont efficaces et dans quelles indications. Qu'on regarde aussi en vie réelle les effets indésirables auprès des malades et qu'on puisse ensuite, je l'espère, généraliser la commercialisation à but médicamentaux des dérivés du cannabis,
- Olivier Véran (LREM), député isoirois et neurologue de profession  

L'expérimentation se déroulera dès "début 2020" et "sur deux ans", "avec des médecins formés à la prescription" et "un vrai suivi scientifique", prévoit Olivier Véran. "Environ 3.000 malades" devraient être concernés, selon le député de l'Isère.
 

Dans quel cadre ? 

Cette expérimentation serait menée dans plusieurs centres hospitaliers, en particulier des centres de référence pour les pathologies concernées. Une prescription initiale hospitalière sera effectuée par un médecin spécialiste, neurologue ou médecin de la douleur notamment, et ces professionnels suivront ainsi l'effet positif et les éventuels effets indésirables de ces traitements. Les patients pourront se fournir en pharmacie hospitalière puis en pharmacie de ville, selon M. Véran.
 


Différentes formes de traitement 

L'agence du médicament s'est prononcée en faveur de modalités d'administration assez larges: le traitement pourra ainsi prendre la forme de fleurs séchées, d'huiles et éventuellement de tisanes. Les différentes posologies pourront intégrer des rapports très variables entre les deux principes actifs: le tetrahydrocannabinol (THC) aux effets psychoactifs, et le cannabidiol (CBD) qui entraîne plutôt une relaxation musculaire.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus