• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Couteau, stupéfiants... fructueuse opération coup de poing à la prison de Saint-Quentin-Fallavier

Photo d'archives. / © Jean Francois SOUCHET / MAXPPP
Photo d'archives. / © Jean Francois SOUCHET / MAXPPP

Une vingtaine de téléphones, armes et stupéfiants ont été saisis à la maison d'arrêt de Saint-Quentin-Fallavier dans le cadre d'une fouille surprise, mercredi 22 mai. Début avril, une vingtaine de colis contenant ces mêmes objets avaient été projetés au-dessus des murs de prison en une nuit.

Par Margot Desmas

Une opération de fouille surprise menée par 70 agents à la maison d'arrêt de Saint-Quentin-Fallavier a permis de mettre la main sur de nombreux objets illicites, mercredi 22 mai. En tout, 19 téléphones portables ont été saisis, une lame de couteau, 40 grammes de produits stupéfiants, des clés USB, chargeurs...

Cette action coup de poing, saluée par le syndicat UNSA-UFAP Justice, fait suite à la découverte d'une vingtaine de colis projetés dans l'enceinte de la prison, début avril. Déjà, de la drogue, des téléphones portable et des armes avaient pu être interceptés par les gardiens. Mais ils soupçonnaient certains détenus d'avoir mis la main sur d'autres biens. Une hypothèse confirmée par la récente fouille.
 

L'opération a duré près de six heures dans la soirée de jeudi. Huit cellules ont été ciblées, celles de "gros profils" susceptibles de détenir des armes ou des téléphones. "C'est un message fort indiquant à la population pénale qu’elle ne dispose pas du pouvoir d’agir et de se comporter en dehors des règles et de la légalité", ajoute UNSA-UFAP Justice dans un communiqué.

Le syndicat rappelle qu'au début du mois de mai, seize détenus classés aux cuisines avaient profité de l'absence de personnel de surveillance pour pénétrer avec effraction dans le local de stockage du tabac et y dérober 126 cartouches de cigarettes et quelques paquets de tabac pour un montant évalué à plus de 11 000 euros. "Nos moyens en ressources humaines n’avaient pas permis d’entreprendre des recherches pour récupérer la marchandise volée qui a sans doute alimenté le trafic interne avant de finir en fumée", déplorait-t-il.

 

Sur le même sujet

Nestlé à Rumilly

Les + Lus