“2147, et si l'Afrique disparaissait ?” à la MC2 Grenoble

© Les Inachevés/Guy Delahaye
© Les Inachevés/Guy Delahaye

La dernière création de Moïse Touré, avec le chorégraphe Jean-Claude Gallotta et la chanteuse malienne Rokia Traoré, interroge l'avenir du continent noir. Présenté cette semaine à la MC2, ce spectacle poético-politique est fait de danse, de musique et des paroles d'auteurs africains.

Par Jean-Christophe Pain

© Les Inachevés/Guy Delahaye
© Les Inachevés/Guy Delahaye


2147, c'est une date prophétique... elle figure dans un rapport de l'ONU prévoyant une réduction de la pauvreté en Afrique d'ici un siècle et demi. Comme si l’Afrique devait attendre le développement jusqu’à … 2147 !

Le metteur en scène Moïse Touré décide de réagir à cette prédiction cynique par un premier spectacle, créé en Afrique justement, à Bamako précisément. C'était dès 2005, déjà avec Jean-Claude Gallotta.

Treize ans après, Moïse Touré décide de redonner la parole à des artistes africains, comme une nouvelle réponse poétique à cette échéance fatidique. Toujours aussi choquante.


Notre reportage avec Moïse Touré
"2147, et si l'Afrique disparaissait ?"
Intervenant : Moïse Touré, metteur en scène Reportage : D. Borrelly, F. Ceroni, H. Cadet-Petit, S. Villatte

Originaire de Côte d'Ivoire, Moïse Touré est arrivé enfant, sous la neige, à Grenoble. Eveillé au théâtre par sa famille d'adoption, il interroge depuis 30 ans notre rapport à l'humanité.
 
L'interview de Moïse Touré sur France 3 Alpes


Cette fois, le metteur en scène a convoqué des philosophes, des poètes, des danseurs et musiciens africains, parmi lesquels la fabuleuse chanteuse malienne Rokia Traoré

Après un an de tournée, salué par le public et la critique, dans les Alpes comme partout en France, "2147, et si l'Afrique disparaissait" fait escale à la MC2 Grenoble jusqu'à ce vendredi 25 janvier 2019. 









 

Sur le même sujet

Saint-Etienne : Gaël Perdriau brigue un deuxième mandat de maire

Les + Lus