A la Conférence des Villes, Eric Piolle propose un "Green New Deal"

Publié le Mis à jour le

Lors de la 15e Conférence des Villes, ce mercredi 23 septembre, à Paris, Eric Piolle a plaidé pour un "Green New Deal" afin de favoriser les investissements écologiques sans aggraver la dette des communes. 

La comptabilité publique oblige les collectivités locales et territoriales à présenter un budget à l'équilibre. Une contrainte qui limite fortement les investissements en cette période de fort endettement et de diminution des dotations aux communes. L'écologiste Eric Piolle fustige cette obsession de la réduction des dépenses et de la dette publique qu'il qualifie "d'impasse comptable récessionniste". Pour lui, "on est en train de perdre du temps". 

Interview
durée de la vidéo : 01min 28
Interview Eric Piolle - 1ère partie ©INA


Le maire de Grenoble propose donc un PACTE, Plan d'Action pour la Confiance et la Transition Energétique. D'après son idée, les emprunts consacrés à des projets liés aux économies d'énergie ou à la production d'énergies renouvelables ne doivent plus être comptabilisés dans la dette publique, puisque ils seront remboursés, à terme, par les économies réalisées et l'énergie produite.

Un plan qui nécessite donc une réforme de la comptabilité publique. 

Pour Éric Piolle, cette solution devrait permettre de libérer des investissements "bons pour l'emploi et l'environnement", et de répondre "aux missions fondamentales des services publics que sont l'investissement dans les biens communs et la préparation de l'avenir".

durée de la vidéo : 42sec
Interview Eric Piolle -2ème partie ©INA

 

Réaction
L'ancien maire Les Républicains de Grenoble, Alain Carignon, est du genre à réagir rapidement aux propositions de l'actuel premier magistrat. Dans un communiqué, il condamne ce "Green New Deal". "Le Maire sort du chapeau un nouveau lapin. Certains emprunts ne devraient  plus peser sur la dette. Il 'invente' l'emprunt sans dette que les Grecs ont déjà expérimenté avec le résultat que l’on voit. Comme si le plan comptable était responsable de l'endettement. Il fallait effectivement y penser!"