Grenoble : des cabanes installées à la Bastille pour tester le bivouac en toute sécurité

Publié le
Écrit par MCP avec V. Habran

Dès le mois de mai, quatre cabanes seront mises à disposition par la ville de Grenoble sur le site de la Bastille. Conçues par des étudiants en architecture, ces maisonnettes permettront au public de faire l’expérience d’une nuit en montagne. Des gardiens de refuge se relaieront pour offrir un cadre rassurant à cette première approche du bivouac.

Plus vraiment la ville, mais pas encore totalement la montagne.

Sur les hauteurs de Grenoble, le fort de la Bastille offre juste ce qu’il faut d’isolement et de nature pour les novices de l’altitude. C’est pour cela que cette zone a été choisie par la ville de Grenoble pour y installer une aire de bivouac.

Dès le 2 mai, quatre cabanes seront installées à flanc de falaise, pour offrir au public une première expérience du bivouac. Car, contrairement aux idées reçues, nombreux sont les Grenoblois qui ne s’y rendent jamais.

"Parfois, la montagne peut avoir une image assez négative, presque inquiétante, reconnaît Pierre-Loïc Chambon, directeur de la mission montagne pour la ville de Grenoble. Les gens entendent les accidents qui ont lieu en montagne mais n’y ont jamais mis les pieds".  

Une nuit près des étoiles

De mai à septembre, des gardiens de refuge se relaieront pour faire découvrir le plaisir d'une nuit en montagne. Au total, 30 places seront disponibles pour des collégiens et lycéens, des jeunes ou des familles accompagnées par des associations ou des centres sociaux.

"On ne protège que ce que l’on aime et ce que l’on connaît bien, ajoute Pierre-Loïc Chambon. Donc si on veut que la montagne, cet environnement magnifique mais aussi fragile, puisse durer dans le temps, il est important que tous les gens la connaissent pour l’apprécier et la protéger."

Pour ce projet, la ville a travaillé en partenariat avec l'école d'architecture de Grenoble. Ce sont les étudiants qui ont imaginé et conçu les quatre cabanes en bois destinées à accueillir les apprentis randonneurs. Pierre Monnier, l’un des designers étudiants, a imaginé les cabanes comme "quelque chose de très intime" et "rassurantes". "L’intérieur vient chercher cette chaleur avec le bois, la souplesse, pour passer une nuit en étant vraiment confortable", décrit-il, assis dans l’une des maisonnettes. 

"Quand on va en bivouac, on fait son lit, on habite l’espace et on profite des gens autour de nous. C’est ce qu’on voulait refléter dans notre refuge : créer une collectivité et un nid", poursuit Mathilde Legault-Dignar, également étudiante.  

L’aire de bivouac grenobloise sera également accessible au grand public pour passer une nuit en famille ou entre amis.