Grenoble devrait faire partie des sites où sera testée la future police de sécurité du quotidien

© Jordan Guéant - France 3 Alpes.
© Jordan Guéant - France 3 Alpes.

Grenoble s'était portée candidate pour tester la future "police de sécurité du quotidien". Ce vendredi 6 octobre 2017, le directeur général de la police nationale a annoncé que l'expérimentation sera menée "sur une quinzaine de sites".

Par YG avec AFP.

La future police de sécurité du quotidien (PSQ) promise par Emmanuel Macron sera expérimentée sur "une quinzaine de sites" au début 2018, a annoncé ce vendredi 6 octobre 2017 le directeur général de la police nationale (DGPN), Eric Morvan. "Il y aura une expérimentation sur une quinzaine de sites qui couvriront un large panel de situations parce que le territoire, les quartiers, les villes de délinquance, selon les bassins géographiques, ne sont pas les mêmes. Nous nous attacherons à tester le dispositif dans différentes situations opérationnelles", a affirmé le patron de la police nationale sur Europe 1.



Grenoble candidate



"Il y a beaucoup de villes candidates", a souligné M. Morvan, sans pour autant préciser le nombre de communes intéressées par ce dispositif promis par M. Macron lors de la campagne présidentielle et dont le contenu est encore flou.

Des villes comme Lille, Lens, Roubaix, Grenoble ou encore Toulouse ont annoncé se porter candidates. "Ce serait assez logique de retenir ces sites mais aussi des sites où la délinquance est plus maîtrisée", a commenté Eric Morvan.

Les territoires retenus devront mettre en place le dispositif en novembre et décembre, avant le lancement de l'expérimentation début 2018.

M. Morvan a répété que la philosophie de la PSQ impliquait à la fois des "éléments de doctrine définis de manière souple au niveau central" et "une part d'initiative au niveau local".


La concertation va débuter prochainement



Une concertation promise par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb avec les "autorités locales, les organisations syndicales, les associations d'élus, et des universitaires", qui devait commencer initialement fin septembre, doit débuter très prochainement.

Le DGPN a par ailleurs annoncé vouloir "associer les policiers de terrain" à la réflexion sur le chantier de la réforme de la procédure pénale, pour recueillir des propositions très "concrètes". Selon lui, "c'est un rendez-vous qu'il ne faut absolument pas manquer"


A lire aussi

Sur le même sujet

L'Université Grenoble Alpes veut provisoirement héberger les migrants dans d'anciens locaux

Près de chez vous

Les + Lus