Grenoble : essentielle au quotidien d'une octogénaire handicapée, une famille bosniaque menacée d'expulsion

Publié le
Écrit par Margot Desmas avec Vincent Habran
Mirsad et Nasiha, un couple de bosniaques en France depuis 8 ans, doivent quitter le territoire alors que leur présence est essentielle à Martine, 81 ans, qui les héberge.
Mirsad et Nasiha, un couple de bosniaques en France depuis 8 ans, doivent quitter le territoire alors que leur présence est essentielle à Martine, 81 ans, qui les héberge. © Vincent Habran / France 3 Alpes

Une famille de réfugiés bosniaques, en France depuis 8 ans, est menacée d'expulsion. Leur présence est pourtant essentielle à la personne âgée qui a accepté de les héberger. Un comité de soutien a vu le jour pour leur permettre de rester auprès d'elle à Grenoble.

Entre Mirsad, Nasiha et Martine, c'est l'histoire d'une rencontre et d'une entraide devenue essentielle. Le couple de réfugiés et ses deux enfants de 6 et 12 ans ont fui l'entité serbe de Bosnie-Herzégovine, un pays instable, pour arriver à Grenoble en 2013. D'abord dans la rue, puis au camping et en foyer, ils logent chez Martine Toulotte. Âgée de 81 ans, cette ancienne militante est connue pour son engagement auprès des plus démunis dans le milieu associatif grenoblois.

Elle héberge Mirsad, Nasiha et leurs enfants depuis 5 ans, mais la demande d'asile du couple a été refusée. Ils sont sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF). "Martine nous aide beaucoup parce que nous sommes dans une situation très délicate", témoigne Nasiha Selimovic.

Mirsad, le père de famille, s'occupe du jardin, entretient la maison et l'adapte au handicap de Martine qui se déplace en fauteuil roulant. Il a aussi construit des barres parallèles dans la cour pour permettre à l'octogénaire de s'exercer à la marche. Nasiha, la mère, est présente du matin au soir auprès de Martine.

"C'est une nouvelle famille"

"Pour moi, c'est essentiel. Je ne pourrais pas vivre sans eux", explique l'octogénaire. De cette cohabitation est née une amitié. Au point que Mirsad et Nasiha figurent aujourd'hui dans l'album photos familial de Martine. "Ils sont comme ma famille", résume-t-elle.

"Quand ils sont arrivés avec leurs enfants, Martine a retrouvé le sourire, se souvient Clémentine Fillon, l'une de ses amies. C'est comme si elle avait revécu autre chose. Petit à petit, ils se sont intégrés, ils ont fait des tas de choses ensemble et finalement, c'est une nouvelle famille."

Entre Mirsad, Nasiha et Martine, c'est enfin une histoire de solidarité. Car un comité de soutien s'est formé pour tenter d'empêcher leur expulsion. "Ils ont tous les deux des promesses d'embauche sérieuses dans des métiers sous tension, où l'on cherche du monde. Ils sont compétents, ils ont des propositions de formation et ils ne peuvent pas accéder à tout ça parce qu'on leur refuse le droit de travailler alors que ça fait 8 ans qu'ils sont là et qu'ils travaillent", regrette une membre de ce comité de soutien, Marion Bouchet.

Une pétition, signée par près de 14 000 personnes, a été mise en ligne pour demander au préfet de l'Isère de délivrer un titre de séjour exceptionnel à Mirsad et Nasiha. Une demande de séjour humanitaire a également été formulée, en reconnaissance du dévouement de cette famille. Pour qu'ils restent en France, auprès de leur nouvelle famille, auprès de Martine. Tout simplement.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.