Grenoble : l’élite de l’athlétisme français se donne rendez-vous au stade Bachelard

Publié le Mis à jour le
Écrit par Joane Meriot avec Fréderic Lefrançois

C’est une première depuis 1966. La ville de Grenoble accueille au stade Bachelard, l’élite de l’athlétisme français ce dimanche 22 mai pour la finale des interclubs. Une finale qui regroupe les 8 meilleures équipes de France.

Un rendez-vous sportif convivial et surtout festif

Cela faisait plus de 76 ans que la ville de Grenoble n’avait pas été hôte pour la finale des interclubs Elite d’athlétisme, une finale qui regroupe les meilleurs athlètes de France. Alors, pour cet événement, qui aura lieu ce dimanche 22 mai, le club organisateur veut faire une véritable fête : « L’objectif de l’EAG 38 est de profiter de cet événement pour créer une véritable fête de l’athlétisme à Grenoble », déclare le club, avant d’ajouter, « pour les jurys et les spectateurs, l’entrée sera libre et gratuite. »
Une ambition partagée par les athlètes du club : « On a prévu une petite danse pour l’occasion et on va crier "Ici, c’est Grenoble" et ça va bien résonner dans toute la ville, j’espère qu’il y aura du monde », confie la sauteuse en hauteur, Juliette Perez.

Des champions à Grenoble ? 


Au-delà de cet aspect festif, l’événement est aussi l’occasion de se mesurer aux meilleurs nationaux : « Les interclubs ça permet de mettre des bases de performances ce qui va permettre au fur et à mesure de pouvoir construire une progression jusqu’aux championnats, » explique Martial Auzeil, l’entraîneur du club. Car le club est axé sur la formation mais aussi sur la compétition : « C’est notre ADN de former, ajoute Pierre Chevrier, le vice-président du club, et quand on pose la question de qui veut faire du haut niveau ici tout le monde répond oui, car c’est ce qui tire vers le haut et fait briller les yeux des jeunes. »


Et du haut niveau, il y en a au club de Grenoble, entre les frères perchistes Mathieu et Thibaut Colet, la marcheuse Julia Perrichon ou encore le décathlonien Bastien Auzeil. " Ça aide à se transcender, à se dépasser quand on se bat pour un collectif, une équipe. En plus, il y a une bonne ambiance, c’est un esprit familial et ça permet de porter tout le monde vers le haut," confie le décathlonien.


Autant d’athlètes à suivre avant les championnats d’Europe et du monde et qui pourraient se faire rapidement une place pour les Jeux Olympiques de Paris 2024.