Grenoble : près de 250 kilos de résine de cannabis saisis, deux personnes interpellées dans un trafic de stupéfiants

Publié le

Deux personnes, mises en cause dans un trafic de stupéfiants entre l'Espagne et la métropole grenobloise, ont été interpellées dans la nuit du 16 au 17 mai dernier, informe le parquet de Grenoble ce vendredi. Plus de 250 kilos de résine de cannabis ont été saisis au cours des interventions.

Près de 250 kilos de résine de cannabis cachés dans des "valises marocaines". Les services de police ont mis fin à un trafic de stupéfiants entre l'Espagne et la métropole grenobloise, mi-mai.

Deux personnes ont notamment été mises en examen "pour leur implication présumée dans l'importation de toute cette résine et ont été placées en détention provisoire", informe le vice-procureur de la République de Grenoble, Boris Duffau, ce vendredi 20 mai.

L'enquête de l’office anti-stupéfiants du service de police judiciaire de Grenoble a commencé au mois d'octobre dernier. Avec une information selon laquelle un individu gérait un stock de stupéfiants entreposé en périphérie de l’agglomération grenobloise.

Les investigations ont permis d’identifier un premier mis en cause : un Grenoblois de 46 ans déjà condamné pour importation de stupéfiants. De multiples surveillances avaient aussi permis de confirmer la présence d’un box de stockage dans une société de location d’emplacements pour caravanes et camping cars.

Plus de 250 kilos de résine de cannabis

Dans la nuit du 16 au 17 mai 2022, à l’issue d’un ultime déplacement en Espagne, le trafiquant principal a été interpellé à proximité du box, une fois la livraison reçue. La fouille de son véhicule a permis la découverte de 12 "valises marocaines" contenant 247,5 kg de résine de cannabis.

Le poids lourd a, lui, été intercepté sur l'A48 alors qu'il était en direction de Lyon. A l'intérieur : encore 4,2 kilos de résine de cannabis saisis. Le chauffeur, un homme d'origine marocaine de 31 ans, a également été interpellé.

Les deux hommes ont été mis en examen pour leur implication présumée dans l’importation de stupéfiants puis placés en détention provisoire, rappelle Boris Duffau.