Incendie de Voreppe : "le vent, les fortes chaleurs et le faible taux d’humidité sont des facteurs qui risquent d’aggraver la situation"

Publié le Mis à jour le
Écrit par J.M

L’incendie de Voreppe, en Isère continue sa progression ce lundi en milieu de journée, 80 hectares de végétation ont déjà brûlé et 20 hectares sont menacés. 270 pompiers, dont des renforts venus des départements voisins, sont toujours sur place alors que les conditions météos risquent d’aggraver la situation.

Depuis vendredi 5 août, les flammes ravagent les contreforts de la Chartreuse, au-dessus de Voreppe où un incendie s’est déclaré après un impact de foudre. 80 hectares ont déjà brûlé et 20 autres sont menacés. Ce lundi, en milieu de journée le feu ne faiblit pas et les conditions météos risquent de compliquer la situation.

Les pompiers des départements voisins en renforts

Au total, près de 270 pompiers sont à l’œuvre pour tenter de maîtriser les flammes. Ce dimanche soir, des renforts venus de la Savoie, la Haute-Savoie et le Rhône ont été dépêchés sur place. Parmi eux, 34 pompiers savoyards dont 20 faisaient partie de la colonne envoyée sur les incendies dans le sud de la France, ils ont été rapatriés pour combattre le feu au côté des pompiers isérois.

La météo, un facteur aggravant

65 engins et deux hélicoptères qui servent de bombardiers d’eau ont été déployés ce lundi : "Aujourd’hui, les opérations sont beaucoup plus ciblés avec les hélicoptères bombardiers d’eau et nous sommes très attentifs aux conditions météo, le vent, les fortes chaleurs et le très faible taux d’humidité sont des facteurs qui risquent d’aggraver la situation," explique Anne Gérin, la présidente du conseil d'administration du sdis de l'Isère, interrogé par France 3 Alpes.

Quant aux Canadair, "ils peuvent être mobilisable, tout dépend de l’évolution de l’incendie", précise Anne Gérin.

"Le milieu topographique est très compliqué, ajoute le colonel Bertrand Cassou, il y a beaucoup de barres rocheuses, de zones inaccessibles. Aujourd’hui, on est en train de limiter un périmètre acceptable avant de pouvoir vraiment le maîtriser. C’est un feu qui aura besoin, pour être complétement éteint, d’avoir les premières pluies parce que beaucoup d’endroits sont inaccessibles." 

Selon la préfecture de l’Isère, aucune habitation ni entreprise n’est menacée à ce stade, mais les 140 habitants qui ont été évacués ne peuvent toujours pas regagner leur logement. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité