Isère : "C'est une catastrophe financière", la fermeture d’une portion de la RN85 provoque la colère des commerçants

Publié le
Écrit par O.B avec Xavier Schmitt

En Isère, la route nationale 85 est actuellement coupée à Saint-Théoffrey en raison de travaux. La circulation est déviée et cela met en colère les commerçants.

En Isère, la Route Napoléon – qui relie Grenoble à la Côte d'Azur - longe les lacs de Pétichet et de Laffrey. Il s’agit de la RN85, une route très fréquentée surtout lors des vacances d’été.

Les services de l’Etat effectuent des travaux sur cette voie. Depuis le 16 août, la route du Col est en réaménagement tout comme le carrefour de la mairie de Saint-Théoffrey et cela n’est pas sans conséquence pour les commerçants du secteur car il est impossible de rejoindre Saint-Théoffrey depuis La Mûre.

"C’est une catastrophe financière"

Depuis le début des travaux, à Laffrey, la boulangerie de Christian Colle-Perrin est vide. "C’est le désert" regrette le chef de l’entreprise familiale. "Si nous suivons les données de la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement qui mène les travaux, ndlr), nous devrions voir passer 12 000 véhicules par jour" explique le boulanger.

Sauf qu’il n’y a personne. Cela signifie plus de chiffre d’affaires, du jour au lendemain. C’est une catastrophe financière.

Christian Colle-Perrin, propriétaire d'une boulangerie à Laffrey.

Les commerçants réclament une circulation en alternat

Depuis la mise en place de la déviation, "il y a une dizaine de kilomètres de détour à faire pour 3 kilomètres de fermeture et 200 mètres de travaux" explique Frédéric Garcia, premier adjoint au maire de Laffrey. Ce dernier soutient les commerçants qui réclament une circulation en alternat. "On a l’impression qu’on n’a pas vraiment été entendus par les services de l’Etat" confie l’élu.

La Route Napoléon, c’est notre fonds de commerce.

Stéphane Benhamou, restaurateur à Saint-Théoffrey.

"La moitié de nos clients annulent leurs réservations quand ils apprennent qu’il faut faire un grand détour pour venir jusqu’ici" désespère le propriétaire du restaurant La Basse-Cour.

Sur son site internet, la préfecture de la Région explique que "la mise en place d’un alternant aurait quasiment doublé la durée globale des travaux car il ne permet de travailler que par zone de 150 mètres (…) compte tenu du trafic."

Les commerçants comptent lancer une pétition pour tenter de mettre un terme à cette déviation.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité