Isère : Pyxalis, l'entreprise de Moirans où va se rendre la ministre des Armées, "est à la pointe de la technologie"

Publié le Mis à jour le

La ministre des Armées, Florence Parly, effectue une visite en Isère, vendredi 4 septembre, dans l'entreprise Pyxalis, à Moirans. Cette PME est spécialisée dans le développement et la vente de capteurs d'images au sein de nombreux domaines.

En voilà une belle façon de fêter son dixième anniversaire. L'entreprise Pyxalis, spécialisée dans le développement et la vente de capteurs d'images, basée à Moirans, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Grenoble (Isère), accueille la ministre des Armées, Florence Parly, ce vendredi 4 septembre, dans la matinée.

"C'est une reconnaissance de la valeur de notre entreprise, de l'expertise technique de nos équipes. On a de bonnes relations avec les services du ministère de l'Armée", se réjouit Philippe Rommeveaux, président de la SAS Pyxalis.
   

Une PME "stratégique pour le secteur de la défense"


Pyxalis est vue par le Ministère comme une PME "stratégique pour le secteur de la défense". Tout comme l'entreprise Ixblue, que la ministre va visiter à Saint-Germain-en-Laye dans l'après-midi, Pyxalis "à la pointe de la technologie" illustre "l’importance de l’industrie de défense, en termes d’emplois et d’investissements dans nos territoires".

Cette PME de quelque 50 salariés travaille en collaboration avec le ministère des Armées, sur l'observation terrestre depuis l'espace, mais aussi sur de la défense sur le territoire, notamment la surveillance de véhicules militaires. Ce que l'entreprise appelle "la vision périmétrique des blindés".

 

Un tryptique

 
Pyxalis, également impliquée dans le domaine médical et scientifique (endoscopies, radios...), dans l'industriel (contrôle de pièces et des chaînes de production, sécurité), entend continuer de développer trois missions principales : des missions de sécurité et de défense, le médical, lié au bien-être et à la santé. Un dernier défi, les enjeux environnementaux avec "un suivi et une analyse de la pollution", selon Philippe Rommeveaux. "Un tryptique diversifié", se réjouit-il.

Des propos que le président de Pyxalis devrait répéter à Florence Parly ce vendredi.