Météo. C'est parti pour deux semaines de chaleur dans les Alpes

© PASCAL LACHENAUD / AFP
© PASCAL LACHENAUD / AFP

A Grenoble, Chambéry ou Aix-les-Bains, il fait chaud, très chaud et ça n'est pas terminé. "On est entré depuis ce week-end dans une période de chaleur très estivale" selon Serge Taboulot, le directeur du Centre Météo France de Saint-Martin-d'Hères que nous avons interrogé ce lundi 12 juin 2017. 

Par Anne Hédiard

Vous sentez cette chape de plomb qui vous tombe dessus dès que vous mettez le nez dehors ?

Il fait chaud, très chaud en ce début du mois de juin dans les vallées alpines. Fini le printemps, voilà déjà l'été nous annonce Serge Taboulot le directeur de Météo France Saint-Martin-d'Hères.

Presque 10° au-dessus des normales de saison

Grenoble, Chambéry ou Aix-les-Bains sont les villes les plus surchauffées. Elles affichent 32° à 34°. "Presque 10° au-dessus des normales de saison (...) On est entré depuis ce week-end dans une période de chaleur estivale, non plus printanière" explique Serge Taboulot même si ces températures selon lui sont "plus précoces qu'exceptionnelles".

Si la chaleur ressentie est supérieure aux 32° affichés par le thermomètre, c'est à cause de l'humidité ambiante. "Le corps humain ressent une combinaison entre le thermomètre, le ventilateur et le taux d'humidité" explique Serge Taboulot. 

Dans les jours qui viennent, les températures ne vont pas beaucoup évoluer mais l'impression de chaleur sera à son comble jeudi prédit le météorologue.

Jeudi soir, quelques orages très localisés pourront éclater en haute montagne. Ils seront rares en plaine mais pourront apporter un peu de fraîcheur.

Dès le week-end prochain et toute la semaine suivante, la chaleur sera de retour avec des valeurs comprises entre 32° et 34°. Mais elle sera plus supportable car le taux d'humidité va baisser selon Serge Taboulot.

Loin des records de chaleur mais pas loin de la canicule


Pour atteindre des records de chaleur, il faudrait que le thermomètre grimpe jusqu'à 36° en ce mois de juin. On n'en est pas encore là. En revanche, la chaleur qui dure et les minimales autour de 17° à 18° nous rapprochent de la canicule. 

on est parti pour un été chaud


Selon Serge Taboulot, "on est parti pour un été chaud", c'est ce que montre la tendance saisonnière et ce ne sera pas que chez nous !


Le risque de canicule est supérieur à une année classique. La sécheresse que l'on redoute dans les Alpes depuis cet hiver où il a particulièrement peu plu devrait bien être au rendez-vous.










A lire aussi

Sur le même sujet

Un exemple de start-up en Auvergne

Les + Lus