Grenoble, pôle d'excellence de recherche au coeur du "plan quantique"national

Le Président de la République a annoncé le 21 janvier dernier le lancement d'un "plan quantique" doté de 1,8 milliard d'euros.  Un enjeu énorme, économique mais d'abord scientifique. Grenoble est l'un des trois pôles de la recherche française dans ce domaine. Explications.

Institut Néel/CNRS à Grenoble
Institut Néel/CNRS à Grenoble © Dominique Semet. France 3 Alpes

Le lancement de ce "plan quantique" doté de 1,8 milliard d'euros affiche l'espoir de figurer dans le trio de tête derrière les Etats-Unis et la Chine, d'ici cinq ans. La compétition internationale s'intensifie dans ce domaine du quantique, l'exploration de l'infiniment petit qui a déjà produit de nombreuses applications technologiques (GPS, laser, leds...).

Financé à hauteur d’1,8 milliard d’euros sur cinq ans, ce plan a l'objectif d’organiser les forces de recherche et industrielles du pays dans le domaine des technologies quantiques.   Le plan national vise ainsi à « positionner la France comme un acteur incontournable des technologies quantiques », selon le CNRS, directement impliqué dans la recherche quantique avec le CEA Grenoble et l’Université Grenoble Alpes (UGA).

 



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sciences technologies économie recherche