• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Polémique. Un char “anti israélien” dans le défilé de la Fête des Tuiles à Grenoble

© @BRosmini
© @BRosmini

La polémique est née d'une photo diffusée sur les réseaux sociaux après le grand défilé de chars de la Fête des Tuiles ce samedi 10 juin 2017. On y voit une personne qui porte un tee shirt appellant au boycott d'Israël juste à côté du char de la Palestine.

Par Anne Hédiard

Sur twitter ce samedi, Eric Piolle se félicitait du succès populaire de la 3è édition de la Fête des Tuiles de Grenoble. "Les talents et cultures du territoire mis à l'honneur" écrivait le maire EELV de la capitale des Alpes.


Il était sans doute loin d'imaginer la polémique qui allait naître après la diffusion d'une photo sur Twitter. On y voit une personne, arborant un tee shirt appellant au boycott d'Israël, juste à côté du char de la Palestine.


Benjamin Rosmini secrétaire de section PS à Grenoble a diffusé et commenté la photo. Il dénonce une manoeuvre du mouvement international pro palestinien BDS Boycott, désinvestissement, sanction contre l’Etat hébreu.

La nouvelle s'est répendue comme une traînée de poudre. Après la publication de l'information par Le Monde Juif.info, de nombreux médias pro israéliens comme alyaexpress-news l'ont reprise et faite circuler. 

des perturbateurs extérieurs

Interrogé sur cette affaire, Olivier Bertrand, conseiller délégué à l'événementiel à Grenoble se désole : " des perturbateurs extérieurs, portant des teeshirts appelant au boycott d'Israel, ont rejoint en cours de route le cortège du défilé "

Dans un communiqué, la ville de Grenoble "regrette le trouble que cette affaire a suscité".

Sur les 12 chars qui ont défilé, 9 étaient aux couleurs des quartiers de Grenoble et de l'agglomération (Saint-Martin-d'Hères, Echirolles et Pont-de-Claix), les 3 autres étaient sur des thématiques plus sensibles : l'esclavage, les migrants et la Palestine.

Olivier Bertrand assure que la ville a pris contact bien en amont du défilé avec le Collectif qui s'occupe de l'organisation pour avoir des informations sur les personnes qui allaient s'occuper de la fabrication du char et sur le char lui même. Un hommage au caricaturiste palestinien Naji Al-Ali.

"Je n'ai pas trouvé le moindre lien dans mes recherches entre le dessinateur (créateur du personnage handala représenté sur le char NDLR) et le mouvement du BDS"

"Je ne vois pas comment on peut imaginer que ce qui s'est passé sur la Fête des Tuiles soit une action coordonnée" a-t-il plaidé. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Loire : Joe Da Silva amoureux de la Coccinelle

Les + Lus