C'est un phénomène météorologique rare à Grenoble, et qui recouvre l'agglomération depuis mercredi, a indiqué Météo Grenoble. L'arrivée de la "neige urbaine" n'est pas un hasard, mais le fruit de plusieurs conditions réunies : un niveau élevé de pollution, un air humide, comme le brouillard de mercredi, et des températures négatives.


Neige issue de la pollution

Le "brouillard givrant" (goutelettes en suspension) est souvent le facteur le plus favorable au phénomène, indique Serge Taboulot, ingénieur Météo France sur Twitter. Il explique qu'il est courant en plaine lyonnaise et dans l'Ain.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.


Mais alors, comment se forme cette neige étonnante ? D'abord, les particules de pollution sortent des usines, des pots d'échappement... et entrent en suspension dans l'air dans une nappe d'air humide. La vapeur d'eau dans l'air humide va se condenser autour des particules de pollution. Cela forme des micro-cristaux de glace, qui s'accumulent jusqu'à former des flocons de plus en plus lourds, qui finissent pas tomber sur le sol.

La véritable neige, elle, se forme en se condensant autour de particules de poussière et non pas de pollution ! Le phénomène survient avec des températures plus basses encore et une altitude plus élevée. Selon les prévisions météo, elle serait même de retour à la fin de la semaine.