Transport par câbles : le groupe isérois POMA va construire le téléphérique d'Oulan-Bator en Mongolie

Ankara, Rio, New York... partout dans le monde, les métropoles font appel à la société Pomagalski pour se lancer dans le transport urbain par câble. "Poma", le leader français, est basé à Voreppe en Isère. Il reliera, avec le groupe Egis, les quartiers d'Oulan-Bator grâce à 122 cabines sur 6 kms
Le projet a été donc confié à Pamagolski, leader mondial du transport par câbles, et au groupe français d'ingénierie Egis. 

Les différents quartiers d'Oulan-Bator seront bientôt reliés par une télécabine urbaine, 

Longue de 6 kilomètres, la ligne devrait comporter trois stations et compter 122 cabines reliant les quartiers nord de la capitale mongole au centre de la ville. Dans ce pays enclavé entre la Russie et la Chine et grand comme trois fois la France, Oulan-Bator est l'une des capitales les plus polluées au monde.

Dans un communiqué commun, Poma et Egis vantent une solution de transport par câble s'intégrant "parfaitement dans une logique de diminution de l'empreinte écologique" et "favorisant grandement la mobilité urbaine de Oulan-Bator et de sa proche périphérie". 

 Le coût de l'infrastructure voulue par la municipalité se situe dans une fourchette comprise "entre 30 et 50 millions d'euros", indique Poma . Il bénéficie du financement de la Direction Générale du Trésor et de la banque asiatique de développement (BAD).

Poma sera en charge de l'installation du système de transport incluant l'ensemble des véhicules et Egis s'occupera elle de la construction des stations. 

La population de la capitale mongole s'élève aujourd'hui à 1,5 millions d'habitants, un chiffre qui a quasiment triplé en 30 ans, gonflé par l'arrivée de nomades des steppes. Face à l'étalement urbain, les infrastructures locales de transport sont débordées.

La livraison du téléphérique est prévue à l'été 2023. Ce nouveau projet de téléphérique en Asie est la quatrième collaboration entre Poma et Egis, après Saint-Denis de la Réunion et Grenoble. Ils se sont également positionnés sur un appel d'offres à Ajaccio.

Créé en 1947 en Isère par Jean Pomagalski, installateur de la première remontée mécanique de l'Alpe d'Huez, Poma est devenu une entreprise de taille intermédiaire (ETI) à 480 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Alors que Doppelmayr, principal concurrent de Poma, annonce devoir licencier 190 personnes à la suite de la pandémie, ce nouveau contrat en Asie tombe à pic pour le groupe qui "va nous permettre de pérenniser notre industrie en France et de conserver nos 1300 emplois ", s'est félicité Fabien Felli, membre du directoire de Poma," qui vient d'enregistrer une baisse de 30 % de ses activités en 2020". 

Si les investissements dans les stations de sports d'hiver sont en berne, le transport urbain par câbles en revanche, semble plus que jamais à l'ordre du jour.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports urbains économie transports