VIDEO. Comme François 1er en 1515 avant Marignan, un chercheur grenoblois traverse les Alpes en armure

L'historien grenoblois Stéphane Gal est de retour de son périple en armure dans les Alpes. / © MEGAPIX'AILES / DR
L'historien grenoblois Stéphane Gal est de retour de son périple en armure dans les Alpes. / © MEGAPIX'AILES / DR

Un historien de l'université de Grenoble vient de traverser les Alpes en armure, comme l'ont fait en 1515 le chevalier Bayard et son roy François Ier pour aller remporter la victoire de Marignan. Le chercheur voulait vérifier par lui-même les écrits qu'il étudie depuis des années.

Par M.D. avec Jean-Christophe Pain

Stéphane Gal n'est pas un historien comme les autres. Ce qu'il a étudié dans les livres, l'enseignant-chercheur grenoblois veut le vérifier sur le terrain, l'éprouver dans sa chair. Épées, cotte de maille, chevaux... Stéphane et ses compagnons ont porté pendant deux jours une armure de 20 kilos sur le dos, et même 40 pour les chevaliers. Évidemment moins entraîné que les soldats de François Ier, il sont beaucoup souffert.

"Les chevaux qui ont l'habitude de porter des armures ne sont pas habitués à la montagne, ils ont particulièrement peur des torrents, du bruit, des pierres, des reflets, énumère l'enseignant-chercheur en histoire à l'université de Grenoble. Comme le disait François Ier dans la lettre qu'il écrit depuis les montagnes en 1515, ce qui est particulièrement difficile c'est de devoir descendre de cheval et de marcher avec un équipement de cavalier, fait pour la guerre, en tenant sa monture par la bride. Cet équipement n'est pas du tout fait pour se déplacer en montagne."
 

Deux cavaliers qui accompagnaient Stéphane Gal se sont même légèrement blessés pendant la traversée. Mais l'historien a remporté son défi : atteindre l'Italie par le col de Mary (Alpes de Haute-Provence), à 2 642 mètres d'altitude. Une partie de l'expérience a toutefois été perturbée par les aléas climatiques, l'épisode orageux du 7 juillet ayant empêché d'effectuer le chemin retour. L'historien prouve tout de même que François Ier n'a pas menti. Il eut bel et bien l'audace de passer par le seul col que les redoutables Suisses ne gardaient pas, les prenant ainsi à revers.
 

"L'audace de François Ier a payé parce qu'il remporte dans la montagne une victoire psychologique, il prend l'ascendant sur les Suisses, reprend l'historien grenoblois. Machiavel le suit en disant que les montagnards que sont les Suisses ont reculé." C'est ainsi qu'un mois plus tard, François Ier put remporter la fameuse bataille de Marignan : "Si les Français ont tenu aussi longtemps pendant la bataille, c'est grâce à cet ascendant psychologique pris dans la montagne, comme une sorte de dynamique de victoire qui a été enclenchée par François Ier au moment du franchissement."

Cette traversée effectuée par les chercheurs grenoblois va déboucher sur plusieurs articles scientifiques en histoire, physiologie et biomécanique entre autres. Vous pourrez bientôt découvrir toute l'aventure dans un documentaire dont la première projection est prévue le 9 novembre à Grenoble pour le festival Montagnes et Sciences... mais l'historien d'aujourd'hui n'ayant point la fortune des souverains passés, il en appelle à votre générosité pour boucler son budget. Toutes les informations sont disponibles sur le site "Des chevaliers dans la montagne".
 
Un historien grenoblois boucle sa traversée des Alpes en armure

 

Sur le même sujet

Les + Lus