Vidéo. La conférence de presse du CHU de Grenoble après la réimplantation réussie des deux bras

Après la première réimplantation réussie de deux bras sur une patiente, les médecins du CHU donnaient ce vendredi 25 août 2017 une conférence de presse. La patiente avait eu les membres arrachés dans un accident de train. Les specialistes qui sont intervenus en urgence se sont expliqués ce matin.

Par Yann Gonon

Ils ont réalisé un veritable exploit : la première greffe simultannée de deux bras sur une patiente accidentée. La femme dont les deux membres avaient été sectionnés dans un accident de train a pu être opérée seulement deux heures après.

 
L'équipe médicale du service de chirurgie de la main a ainsi "réalisé la première réimplantation réussie bilatérale et simultanée de bras en France", indique le Centre hospitalier universitaire Grenoble Alpes (CHUGA) dans un communiqué. 

Ce vendredi 25 août 2017, les chirurgiens à l'origine de cet exploit donnaient une conférence de presse. A revoir ci-dessous.


Que retenir de la conférence de presse ? 


Pas une greffe mais une "réimplantation".

La précision est donnée par Mickael Bouyer, assistant-chef de clinique au CHU Grenoble-Alpes. "Ce n'est pas une greffe car c'est le corps de la patiente". Et de préciser : "du coup, on a pas de risque de rejet" comme dans le cas des greffes.


Une intervention finalement techniquement "relativement simple".

Denis Corcella, chef de service chirurgie de la main au CHUGA explique que si ce type d'exercice n'avait encore jamais eu lieu en France, c'est d'abord parce que les cas d'amputations "doubles" sont extrêmement rares. La patiente a été victime d'un accident de train et a vu ses deux bras sectionnés. L'accident a finalement "offert" la possibilité aux médecins de réaliser cette "première".

Des incertitudes demeurent maintenant sur la récupération "fonctionnelle" qui sera "longue et toujours imparfaite", précise Denis Corcella, "même si la patiente est relativement jeune (30 ans, NDLR). La récupération neurologique sera correcte mais imparfaite du fait des lésions nerveuses".
 

L'équipe médicale en pleine intervention. / © CHU Grenoble-Alpes
L'équipe médicale en pleine intervention. / © CHU Grenoble-Alpes



Quelles conditions indispensables fallait-il pour que cette "première" réussisse ?

"Il faut une parfaite coordination entre les services du SAMU et les centres spécialisés de chirurgie réparatrice de la main", explique encore Denis Corcella,  "pour diminuer au maximum de délai entre le traumatisme et l'intervention". "Il faut aussi permettre une bonne conservation des membres amputés dans un récipient propre avec de la glace".
Mickael Bouyer, assistant-chef de clinique, précise également que la rapidité de l'intervention a permis de diminuer le risque "vital" pour la patiente. 


Comment va la patiente ?

Pour le chef de service Denis Corcella : "la patiente va plutôt bien. C'est un traumatisme important, elle se remet progressivement de cette lésion mais globalement, elle va bien. Les pansements sont faits régulièrement, l'évolution est plutôt favorable sur le plan local et sur la perfusion des deux membres réimplantés qui est tout à fait excellente".

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Grêle en Drôme : un nouveau coup dur

Les + Lus