• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Le Vinci Samu Social de Grenoble tire la sonnette d'alarme !

Les bénévoles du Vinci Samu Social de Grenoble sont débordés ! Pendant leurs maraudes, ils rencontrent de plus en plus de personnes vulnérables, des femmes avec enfants, des mineurs étrangers isolés qui couchent dehors, faute d'hébergement. A Grenoble, l'accueil d'urgence est saturé. 

Par Jean-Christophe Pain


A l'entrée de l'hiver, le VINCI Samu Social de Grenoble tire la sonnette d'alarme ! Ces bénévoles, qui assurent des maraudes tous les soirs et toute l'année auprès des sans-abri, sont débordés. Ils croulent sous les demandes de secours. A la rue, ils rencontrent de plus en plus de personnes vulnérables, des femmes avec enfants, des adolescents, des mineurs étrangers isolés.

Nous avons suivi les bénévoles du Samu Social lors d'une maraude nocturne, à la rencontre des personnes qui couchent dehors, faute d'hébergement. A Grenoble, l'accueil d'urgence est saturé.
 
Le Vinci Samu Social de Grenoble tire la sonnette d'alarme !
Intervenant : Eric Rocourt, président Samu Social de Grenoble, Chloé Lombard, Secrétaie Générale Adjointe Préfecture de Grenoble Reportage : JC Pain, D. Bourget, S. Villatte


Première rencontre aux portes de la Préfecture. Deux femmes, russes, et leurs 4 enfants. Pendant plus d'une demie-heure, Eric tente d'expliquer toutes les démarches à accomplir pour se nourrir, se laver, se loger... mais pas avant demain

En 2017, dans toute l'agglomération grenobloise, Vinci Samu Social est intervenu plus de 9 300 fois. C'est le nombre de "rendez-vous" avec une ou plusieurs personnes. Malgré cette augmentation de la demande relayée par le 115, la subvention de l'Etat stagne à 23 000 euros par an.


Professionnaliser les maraudes ?


Pourtant ces bénévoles remplissent une mission de service public tous les soirs et toute l'année, comme en témoigne Angélique, à la rue avec son chien depuis 2 ans.

Depuis quelques années, le Vinci Samu Social secourt de plus en plus d'adolescents, de mineurs isolés. Déboussolés.

La nuit, les bénévoles en voient de toutes les couleurs. Ils souhaiteraient être mieux formés. Le Gouvernement veut justement "professionnaliser" les maraudes. Mais sous quelle forme, et avec quel budget ? La Préfecture de l'Isère ne le sait pas encore, à quelques jours du début officiel de l'hiver.



Le Vinci Samu Social de Grenoble lance un appel aux bénévoles et partenaires. N'hésitez pas à les contacter !


 

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus