• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Violences à Grenoble : le préfet dénonce les fausses nouvelles et les appels à la violence sur les réseaux sociaux

Lionel Beffre, préfet de l'Isère / © France 3 Alpes.
Lionel Beffre, préfet de l'Isère / © France 3 Alpes.

Après 3 nuits d'émeutes à Grenoble suite à la mort de 2 jeunes dans un accident de scooter, le préfet de l'Isère appelle au calme. Il dénonce les fauses nouvelles et les appels à violences qui circulent sur les réseaux sociaux.

Par France 3 Alpes.

Des dizaines de voitures brûlées, des policiers et des pompiers visés par des cocktails molotov, la tension reste vive dans le quartier Mistral à Grenoble après la mort de 2 jeunes dans un accident de scooter samedi dernier. Le préfet de l'Isère appelle au calme et dénonce les fausses nouvelles qui circulent sur internet et qui, selon lui, enveniment la situation.

Un véhicule dans la nuit qui semble suivre un 2 roues, la vidéo circule depuis samedi sur le réseau Snapchat. On ne connait pas l'auteur et on ne sait pas s'il s'agit du véhicule de la BAC et du scooter des 2 jeunes tués dans un accident samedi soir. Pas d'information plus précise et pourtant la vidéo est accompagnée de commentaires dénonçant la poursuite engagée par les policiers. 

Cette vidéo ne serait pas la seule à circuler dans le quartier et pour le préfet de l'Isère, cela pose problème. Interrogé par France 3 Alpes, Lionel Beffre dénonce "les fausses nouvelles et les rumeurs" qui circulent sur les réseaux sociaux. Certaines laisseraient ainsi entendre que "ce serait la police qui a mis le feu ou que ce serait la police qui a commis des violences" explique encore le préfet qui évoque également "toute une série d'appels à la violence" relayés sur internet.
 

A l'heure ou les fausses nouvelles se propagent toujours plus rapidement grâce aux réseaux sociaux, Lionel Beffre admet qu'il est très compliqué de lutter contre ce nouveau fléau. En cause, l'anonymat et l'utilisation de pseudos : "pour examiner qui est derrière un pseudo, il faut énormément de temps".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

La rentrée de Chroniques d'en haut par Laurent Guilaume

Les + Lus