Isère. La route de secours créée durant la fermeture du tunnel du Chambon deviendra une voie verte

Elle avait été aménagée en urgence en 2015 pour permettre un passage entre l’Oisans et les Hautes-Alpes quand le tunnel du Chambon a été fermé. Maintenant que le tunnel est sécurisé, le département de l’Isère va faire de cette route de secours une voie verte pour les cyclistes.
 

Le Président du Département de l’Isère Jean-Pierre Barbier, en présence de Bernard Perazio, a présenté les perspectives d’avenir de la route de secours
Le Président du Département de l’Isère Jean-Pierre Barbier, en présence de Bernard Perazio, a présenté les perspectives d’avenir de la route de secours © Aline Perez
En juillet 2015, à la suite d’un important glissement de terrain, le tunnel du Chambon, s’est trouvé partiellement endommagé et présentait un risque d’effondrement. Il a été fermé.  Deux décisions avaient alors été prises : aménager une route de secours, d'un peu plus de 5 km, sur la rive gauche du lac pour assurer la liaison entre l’Oisans et les Hautes-Alpes et construire un tunnel de dérivation.
  En décembre 2017, après plusieurs années de travaux et de sécurisation, le tunnel du Chambon rouvrait ses portes. La question de l’avenir de la route de secours s’est donc posée.

Le département de l’Isère a finalement décidé de la transformer en voie verte en période estivale. Elle gardera sa fonction de route de secours en cas d’événement sur le tunnel impliquant la mise en place d’une déviation.
 
Des travaux supplémentaires nécessitant un investissement estimé à 650.000 euros seront réalisés. Ils consisteront principalement à renforcer des soutènements aval, à équiper de filets les talus en amont, et à réaliser une signalisation adaptée.

La voie verte devrait être prête à accueillir les cyclistes à la fin du premier semestre 2020.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
routes économie transports cyclisme sur route cyclisme sport