• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Neige : quel avenir en Isère pour nos stations de ski ?

L'Alpe d'Huez fait partie de l'un des plus grands domaines skiables en France / © Maxppp - Philippe JUSTE
L'Alpe d'Huez fait partie de l'un des plus grands domaines skiables en France / © Maxppp - Philippe JUSTE

Les domaines skiables ont-ils un avenir ? Les scientifiques alertent déjà sur la diminution de la couverture neigeuse. Selon une étude menée auprès de 23 stations iséroises, la neige de culture devrait leur permettre de "maintenir un niveau d'enneigement similaire à celui d'aujourd'hui"

Par AP avec AFP

"La neige de culture n'est pas là pour améliorer les conditions de neige quand elles sont bonnes, mais pour atténuer les effets quand elles sont défavorables", selon Samuel Morin, directeur du Centre d'étude de la neige de Météo France. Et elle devrait être de plus en plus sollicitée à l'avenir. Les effets du réchauffement climatiques sont déjà bien visibles dans la région. 

 
 


En Isère, une étude menée auprès de 23 stations de ski révèle leurs perspectives d'enneigement et l'impacts sur les ressources de ces dernières, de 2025 à 2050
 
23 stations réparties sur 5 massifs, classées selon leur taille / © "'Perspectives d'enneigement et impacts sur les stations iséroises à l'horizon 2025-2050'" - www.isere-tourisme.com
23 stations réparties sur 5 massifs, classées selon leur taille / © "'Perspectives d'enneigement et impacts sur les stations iséroises à l'horizon 2025-2050'" - www.isere-tourisme.com
 

Neige de culture : 27% en 2017, 42% en 2025 


Cette dernière révèle que les investissements envisagés par les stations du département dans la neige de culture leur permettront de "maintenir un niveau d'enneigement similaire à celui d'aujourd'hui" en 2050. L'utilisation des canons à neige permettra aux exploitants des remontées mécaniques "de conserver" à cette échéance un "indice de viabilité de l'enneigement équivalent à l'indice actuel sans neige de culture", précise l'enquête, dont les résultats ont été dévoilés mardi.
  
L'étude, qui analyse l'impact de la production de la neige de culture au regard de l'évolution des conditions d'enneigement de cinq massifs de l'Isère soumis au réchauffement, rappelle que la surface des domaines skiables du département équipée pour sa production va passer "de 27% en 2017 à 42% en 2025". Le directeur du Centre d'étude de la neige de Météo France précise que "la neige de culture n'est pas là pour améliorer les conditions de neige quand elles sont bonnes, mais pour atténuer les effets quand elles sont défavorables."  Samuel Morin prévient : "le problème à cette échéance, ce ne sera pas l'enneigement moyen, mais la répétition des années avec un enneigement naturel délicat en raison du réchauffement climatique." 

 

Une demande en eau multipliée par trois depuis début 2000 


Autre sujet d'étude, la demande d'eau qui a été "multipliée par trois" dans les stations iséroises depuis le début des années 2000. Et cette dernière devrait continuer d'augmenter : + 50% d'ici 2025.

 
Evolution des besoins en eau pour 2050 / © "'Perspectives d'enneigement et impacts sur les stations iséroises à l'horizon 2025-2050'" - www.isere-tourisme.com
Evolution des besoins en eau pour 2050 / © "'Perspectives d'enneigement et impacts sur les stations iséroises à l'horizon 2025-2050'" - www.isere-tourisme.com


"Les perturbations de la production de neige de culture sur le cycle de l'eau sont aujourd'hui peu nombreuses en Isère et resteront faibles durant les années à venir", tempère Martin Gerbaux, expert en hydrologie chez Natura Scop. D'après l'étude, l'évolution climatique attendue - avec moins de neige et davantage de pluie - et les régimes hydrologiques qui en découlent "amélioreront généralement l'adéquation ressource-besoin en eau pour la dimension neige de culture".

Conséquence : les stations doivent désormais repenser leurs investissements, particulièrement sur les domaines fragiles. La neige de culture va mobiliser près de 45% des investissements planifiées dans les moyennes et petites stations contre 28% pour les grandes et très grandes.



L'interview de Samuel Morin : 


 

Le poids des stations sur l'économie locale

L'avenir des stations de ski préoccupe particulièrement, tant elles pèsent sur l'économie locale
En chiffres, les domaines isérois représentent : 

  • 60 % du chiffre d'affaires annuel des entreprises touristiques dans les secteurs de l’hébergement et des activités de loisir
  • 53% des emplois en montagne dépendent du tourisme 
  • En 2017/2018 : 4,8 millions de journées skieurs soit ne recette de 123,1 millions d’euros (+ 5 % par rapport à la moyenne des 4 dernières saisons), soit 9 % de l’activité nationale 

Sur le même sujet

Eugène Christophe parle de la naissance du maillot jaune

Les + Lus