• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Le Rallye neige et glace de retour dans le Vercors

Après une quinzaine d'années passées en Savoie, dans le Jura et dans le Doubs, le "Rallye neige et glace" revient dans le Vercors, avec un camp de base à Villard-de-Lans (Isère). / © France 3 Alpes
Après une quinzaine d'années passées en Savoie, dans le Jura et dans le Doubs, le "Rallye neige et glace" revient dans le Vercors, avec un camp de base à Villard-de-Lans (Isère). / © France 3 Alpes

Pour sa 64ème édition, la course automobile est partie de Villard-de-Lans, en Isère. Les participants doivent parcourir 1 500 km sur trois étapes, les pneus bien souvent dans la neige. L'exercice est délicat. 

Par France 3 Alpes / ML et XS

Le "Rallye neige et glace" opère un retour aux sources. Lancée depuis Grenoble en 1953, la course hivernale prend cette année son départ de Villard-de-Lans, dans le Vercors (Isère). Depuis une quinzaine d'années, ces bolides rétro avalaient les kilomètres notamment dans le Doubs, le Jura ou encore la région d'Aix-les-Bains (Savoie).

Le Rallye neige et glace signe son retour dans le Vercors
Avec Mireille Demierre, co-pilote, Francis Leroy, mécanicien, Henri Pescarolo, ancien champion de Formule 1, Marc Van Dalen, pilote / Reportage de Xavier Schmitt, Nathalie Rapuc, et Gilles Neyret - France 3 Alpes

Les règles, elles, demeurent. Les voitures anciennes datent des années 1950 à 1990. Sur la neige et dans la pente, le choix des pneus est essentiel pour préserver les mécaniques. L'équipage Mercedes 28 n'a pas pu s'en procurer plus de quatre. "La voiture pèse tout de même 2,3 tonnes, Francis Leroy, son mécanicien. On doit rouler avec des pneus de camionnette, sinon on risque de déjanter ou d'éclater des pneus à tout moment." A la pause de midi, ce mardi, 13 concurrents avait déjà dû abandonner.

"Un parcours magnifique"


Plus que la vitesse, c'est la régularité qui prime. Les équipages doivent tenir une moyenne de 30 à 50 km/h pour valider l'étape. "On doit être prudent parce qu'on roule sur route ouverte, expose Marc Van Dalen, qui pilote une Ford Escort. On a des moyennes à respecter et il faut respecter les riverains. Mais c'est un parcours magnifique."



Avec son copilote Julien Minguet, le Belge a fini l'étape du jour en tête dans la catégorie "voitures historiques". Ce mercredi soir, les équipages viendront à bout de la troisième et dernière partie du parcours. Une boucle de 271 km entre de Villard-de-Lans et Serre-Chevalier (Hautes-Alpes) à l'issue de laquelle, à 19h, se tiendra la remise des prix.


A lire aussi

Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus