• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Un troupeau de brebis décimé par une maladie rare à Chichilianne (Isère)

Brebis touchées par l'anaplasmose ovine / © France 3 Alpes
Brebis touchées par l'anaplasmose ovine / © France 3 Alpes

L'appel au secours d'une éleveuse de brebis du Triève, dans le Vercors sud. Son troupeau de 250 brebis a été décimé par une maladie rare dans la région, l'anaplasmose ovine. L'entourage de l'éleveuse a lancé une cagnotte sur internet pour l'aider à reprendre son activité.

Par F.Ebbhah

Il aura fallu 3 ans pour identifier le mal dont souffraient les bêtes de Chrystelle Durand. L'anaplasmose ovine, maladie bien connue dans les pays chauds. Il s'agit d'une bactériose généralement transmise par les tiques et les insectes piqueurs.

Il y a encore quelques mois, 250 brebis et leurs agneaux vivaient paisiblement dans la bergerie de l'éleveuse. 
Elevage décimé dans le Triève (38) / © France 3 Alpes
Elevage décimé dans le Triève (38) / © France 3 Alpes

Aujourd'hui, le bâtiment est vide, plus aucun bruit, aucun bêlement. Chrystelle Durand a dû se séparer de ses protégées aprés 3 années de cauchemar dans cet élevage bio situé au pied du Mont Aiguille.
Ferme "Les Petits Bergers" / © France 3 Alpes
Ferme "Les Petits Bergers" / © France 3 Alpes

Après avoir exploré toutes les pistes possibles, vermifuges, traitements vétérinaires divers, rien n'y a fait. Les animaux ont maigri jusqu'à en devenir faméliques avant de mourir un à un, laissant l'éleveuse impuissante, désemparée. 

C'est finalement un vétérinaire de l'Aveyron qui pose le bon diagnostic. Ses bêtes sont atteintes d'anaplasmose ovine. Une maladie rare qui attaque les globules rouges.

Elle est répandue dans les pays chauds et se transmet par les tiques et les insectes piqueurs. Un mal qui menace également les agneaux car transmissible in-utéro.
Anaplasmose ovine / © France 3 Alpes
Anaplasmose ovine / © France 3 Alpes

Pour ne pas propager la maladie et contaminer d'autres élevages, l'éleveuse décide de faire abattre tout son troupeau. En contrepartie, elle est rétribuée 6 euros par bête. Une indemnité qui ne suffit pas à sauver son exploitation et qui la conduit à sa perte. 

Pour lui venir en aide, les anciens stagiaires de la ferme ont créé une cagnotte sur internet.

Objectif : permettre à l'éleveuse de payer de quoi relancer sa ferme, "Les petits bergers", aprés un an de vide sanitaire.
L'Anaplasmose ovine
Intervenante : Chrystelle durand /Eleveuse d'ovins. Reportage : J-C.Solari, D.Albrand, J-J.Picca

Sur le même sujet

Interview du Général Pierre-Joseph Givre, commandant de la 27e BIM

Les + Lus