Y a-t-il vraiment eu des siphonnages de groupes électrogènes en Nord-Isère ?

Un groupe électrogène aurait pu faire l'objet d'un siphonnage, selon la gendarmerie. / © Michel LUCCIONI / MAXPPP
Un groupe électrogène aurait pu faire l'objet d'un siphonnage, selon la gendarmerie. / © Michel LUCCIONI / MAXPPP

La gendarmerie de Vienne (Isère) lance un appel au calme aux habitants. Beaucoup se questionnent sur des siphonnages de groupes électrogènes qui seraient survenus dans le Nord du département. Seul un cas présumé a été relevé par les forces de l'ordres.

Par @F3Alpes

Les habitants du Nord-Isère sont inquiets. Sur Facebook, les messages se multiplient pour alerter ou s'interroger sur des siphonnages qui seraient survenus à Beauvoir-de-Marc ou Saint-Jean-de-Bournay. Après l'épisode neigeux, Enedis a installé des groupes électrogènes dans plusieurs communes du département pour rétablir temporairement l'électricité après les importants dégâts subis sur le réseau.

Et selon plusieurs habitants, ces installations provisoires seraient la proie de malfrats cherchant à extorquer du fioul. "Il est vraiment impardonnable que certaines personnes soient là pour faire du mal auprès des installations provisoire", déplore un Isérois. Enedis, de son côté, "s'indigne et condamne ces actes de malveillance", faisant également référence à des dégradations de véhicules survenues en Isère vendredi 22 novembre.
 

Mais la gendarmerie de Vienne tient à mettre le holà, expliquant que la psychose serait partie d'une discussion entre habitants et personnels Enedis qui remplissaient un groupe électrogène. Or, aucune enquête n'est encore lancée pour des faits de vandalisme ou de vol de fioul.

 

Un cas présumé


Seul un acte de siphonnage serait survenu à Saint-Jean-de-Bournay il y a quelques jours. Les victimes présumées n'ont pas encore déposé plainte, ce qui lancerait les investigations. Rien n'atteste donc qu'il s'agisse d'un acte malveillant, selon le capitaine de la compagnie de Vienne.
 

La compagnie témoigne des faits constatés en Nord-Isère. Mais le département voisin de la Drôme serait, à l'inverse, particulièrement touché par ces méfaits. Plus de 20 vols de fioul de groupes électrogènes s'y sont produit. Un méfait qui aurait causé la méfiance des habitants voisins. Les forces de l'ordre rappellent aux Isérois que la situation n'a pour l'instant rien d'alarmante dans le Nord du département.

 

Sur le même sujet

Les + Lus