• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Journée internationale des migrants : rassemblements à Lyon et Saint-Etienne

Des migrants se réfugient sous des escaliers pour passer la nuit à Lyon en novembre 2017. / © JEFF PACHOUD / AFP
Des migrants se réfugient sous des escaliers pour passer la nuit à Lyon en novembre 2017. / © JEFF PACHOUD / AFP

Ce mardi, c'est la 18e journée internationale des migrants. Des manifestations pour défendre le droit des migrants et des réfugiés ont lieu dans 50 villes en France. A Lyon et Saint-Etienne, des rassemblements sont organisés à l'appel de plusieurs collectifs à partir de 18h. 

Par Marie Bail

A Lyon, la manifestation est organisée dès 18h place de la République. Près de 250 participants a répondu présent à l’appel du "Collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69". Composé d’une trentaine d’organisations d'extrême-gauche, de syndicats de gauche et d'associations, il proteste contre une politique qu'il juge "liberticide et xénophobe".

Entre autres, le collectif dénonce la hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers (annoncée par le gouvernement le mois dernier) la loi asile et immigration adoptée en août dernier :

"La loi Macron-Collomb sur l’asile et l’immigration commence à s’appliquer (…) L’accélération des procédures, les contrôles accrus, les prises d’empreintes systématiques, les assignations à résidence… et autres mesures de "tri" et de chasse envers ceux désignés comme "indésirables", cherchent  à renforcer la stigmatisation des exilés", indique le collectif dans un communiqué de presse. 

 


Les manifestants ont prévu d'aller jusqu'à la Place Guichard pour une soirée festive. 

 
Rassemblement pour la journée internationale des migrants à Lyon / © France 3
Rassemblement pour la journée internationale des migrants à Lyon / © France 3


A Saint-Etienne, les participants sont invités par le collectif "Pour que personne ne dorme à la rue", à se rassembler place Jean Jaurès à Saint-Etienne dès 18h. Les manifestants viennent avec une lumière (bougie, lampe de poche… ) et un vêtement ou un bandeau orange en soutien de l’Aquarius, le bateau désormais inexploité de SOS Méditerranée.

Dans la Loire, environ 150 familles et 50 jeunes sont hébergés par une trentaine d’associations alors que d’autres se retrouvent sans solution d’hébergement. "Des mineurs étrangers isolés dans Saint-Etienne ne sont pas pris en charge, ou reçus sans une totale reconnaissance de leurs droits élémentaires, par les services sociaux légalement compétents", explique le collectif.
 

La loi "Asile et immigration" très controversée


Portée par l'ancien ministre de l'Intérieur et actuel maire de Lyon, la loi a été définitivement adoptée en août dernier. Le texte est toutefois très controversé et rejeté par les associations de défense des migrants et des réfugiés. Le texte vise à accélérer le traitement des demandes d’asile. Il facilite le recours à la procédure accélérée mais aussi à des "vidéo-audience" à différentes étapes de la procédure. 

Les associations (La Cimade, Amnesty) déplorent de nombreuses dispositions du texte, notamment la rétention des enfants étrangers. Ceux-ci pourront toujours être détenus en zone d’attente lors de leur entrée en France, seuls ou accompagnés de leurs parents.

 

Le cas des mineurs isolés à Lyon

Depuis 3 ans, le nombre de jeunes migrants qui arrivent sur la métropole lyonnaise a été multiplié par 4, et ne cesse d'augmenter. Actuellement, la métropole estime que 1 600 jeunes sont pris en charge par ses services, dont 810 seraient arrivés au cours de cette année. En 2017, 483 nouveaux jeunes avaient été pris en charge, soit moitié moins que cette année. Plus de 13 millions d'euros du budget de la métropole sont attribués à la prise en charge des mineurs migrants isolés.
 

Cette prise en charge des mineurs est soumise justement au bon examen de leur minorité. Or, le recours à des examens osseux pour déterminer l'âge des enfants migrants pourrait ne pas être conforme à la Constitution.  Utilisés dans de nombreux pays européens pour déterminer l'âge des enfants migrants lorsqu'un doute subsiste, les tests de maturité osseuse sont très critiqués depuis des années, notamment par les associations d'aide aux migrants, certains médecins et professionnels de la justice.

En cause: leur caractère obsolète (ils sont basés sur des données statistiques collectées dans les années 1930-1940 sur une population américaine et bien portante) et leur marge d'erreur, d'au moins 18 mois pour les 16-18 ans, la tranche d'âge la plus concernée. 

Retrouvez l'interview de Julien Lambert, avocat spécialisé dans la défense des migrants mineurs isolés, par notre journaliste Olivier Michel. 
 

​​​​​

Saint-Etienne, ville de migrants

Les migrants ont construit Saint-Etienne. En témoigne l'hôtel de ville, bâti par des architectes italiens en 1821. Et puis bien sûr il y a la mine. Algériens, marocains ou encore polonais... la main d'oeuvre étrangère a longtemps abondé dans les galeries. 

"Pendant 150 ans, c'est essentiellement une immigration de travail et plutôt des hommes jeunes sans familles. Ensuite, dans la deuxième partie du XXe siècle, il y a des regroupements familiaux et les migrations sont plus politiques" raconte Cyril Longin, directeur des archives municipales de Saint-Étienne

Saint-Etienne a aussi accueilli de nombreux portugais, comme Abilio, 90 ans, arrivé à 14 ans à l'aide d'un passeur. "Il y avait un mètre de neige et je n'avais presque jamais vu de neige au Portugal... Ce n'était pas la France qu'on imaginait", raconte le stéphanois. 


Depuis quand existe la journée internationale des migrants ? 

Cette journée commémore l'adoption de la "Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille".
Il n’existe pas de définition juridiquement reconnue du terme "migrant ". Toutefois, selon les Nations Unies, ce terme désigne:

Toute personne qui a résidé dans un pays étranger pendant plus d’une année, quelles que soient les causes, volontaires ou involontaires, du mouvement, et quels que soient les moyens, réguliers ou irréguliers, utilisés pour migrer.


Dans le monde, on estime à 258 millions le nombre de migrants et de personnes en mobilité, soit environ 3,4% de la population mondiale. En France, l'immigration peut être évaluée selon plusieurs chiffres: par exemple, environ 262 000 titres de séjours ont été délivrés en 2017. Concernant les demandes d'asile, 32 011 ont été accordées l'année dernière. Par définition, ces données ne prennent pas en compte l'immigration illégale, difficilement mesurable.

Le pacte mondial des migrations

Cette année, l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) lance la campagne : "Avec dignité".
 


L'organisation rappelle que près de 5 000 migrants et réfugiés ont trouvé la mort en 2018, dont 3 000 en tentant de traverser la mer Méditerranée. Afin de sauver des vies mais aussi mieux évaluer les données des migrations dans le monde, un "Pacte mondial sur les migrations" a été approuvé par 160 pays à Marrakech le 10 décembre dernier. Ce texte, non contraignant juridiquement, doit être ratifié le 19 décembre à New York lors de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Le document dispose d’une quarantaine de pages avec 23 objectifs pour les États d’origine, de transit, et de destination des migrations. Le but, n'est pas d'augmenter le nombre de migrants mais d'encadrer les déplacements et même réduire ceux qui sont forcés. 

Sur le même sujet

Malou, résistante ardéchoise

Les + Lus