• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lancement d'un observatoire régional pour mesurer la mortalité des abeilles

L'observatoire devrait permettre de mieux connaitre les causes de la forte mortalité des abeilles. / © MAXPPP / F. Chavaroche
L'observatoire devrait permettre de mieux connaitre les causes de la forte mortalité des abeilles. / © MAXPPP / F. Chavaroche

Auvergne-Rhône-Alpes est une région importante par le nombre d’apiculteurs et la production de miel. Le ministère de l’agriculture l’a donc choisie pour devenir pilote dans la surveillance les troubles qui touchent les ruchers des apiculteurs amateurs ou professionnels.

Par Sandra Méallier

L'Observatoire des Mortalités et Affaiblissements des Abeilles mellifères (OMAA) lancé dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, c'est tout d'abord un standard téléphonique : le 04 13 33 08 08, n° unique et non surtaxé, ouvert de 8 à 21 heures, 7j/7.

Il est à disposition pour déclarer toute anomalie : une mortalité (aiguë ou non), une dépopulation, un affaiblissement ou tout autre trouble inhabituel observés sur les colonies d’abeilles. Un vétérinaire diplômé en apiculture-pathologie apicole enregistre ces déclarations. 

Un diagnostic gratuit des ruches

L’apiculteur, amateur ou professionnel, pourra alors bénéficier d'une visite d'investigation gratuite de ses ruches, déclenchée par le vétérinaire. Un diagnostic sanitaire et technique sera réalisé et des prélèvements d’échantillons pourront servir à des analyses pathologiques et/ou toxicologiques, également prises en charge par le ministère de l'agriculture.

L'objectif est de mieux comprendre les origines de la surmortalité des abeilles domestiques constatée ces dernières décennies. Des colonies d'abeilles qui meurent en masse ou des essaims de moins en moins peuplés : on a pu parler d'un risque de disparition des butineuses face à ces phénomènes récurrents.

Pesticides, maladies, parasites, environnement défavorable... Il s'agit de cerner les causes du phénomène pour tenter de l'enrayer, afin de sauvegarder la production apicole, ainsi qu'une pollinisation indispensable à l'alimentation humaine.
 

Sur le même sujet

L'interview de Frédéric Bologna par Aurélie Massait

Les + Lus