Loi travail : toutes les centrales nucléaires ont voté la grève

Centrale nucléaire de Cruas / © Max PPP
Centrale nucléaire de Cruas / © Max PPP

Toutes les centrales nucléaires de France ont voté la grève et 12 ont procédé à une baisse de production, selon la CGT qui estime le nombre de grévistes entre 50 et 80% selon les sites. Les baisses de charge peuvent ça et là entraîner des coupures de courant.      

Par Philippe Bette

La grève a été votée dans "toutes les centrales nucléaires" de France, au nombre de 19, pour jeudi, 8e journée de mobilisation contre la loi travail, et 12 ont procédé à des baisses de production dans la nuit, a indiqué jeudi la CGT.

"Toutes les centrales ont voté la grève et douze ont baissé la charge dans la nuit. Les autres ont dû commencer ce matin", a déclaré à l'AFP Marie-Claire Cailletaud, porte-parole de la fédération Mines Energie de la CGT, sans pouvoir préciser dans l'immédiat l'impact chiffré de cette baisse de production.
Dans la journée, "on va certainement être dans une position où on va devoir importer" de l'électricité, a-t-elle souligné.Mercredi soir, un autre porte-parole de la FNME-CGT avait indiqué que la grève avait été votée dans "toutes les centrales où la CGT est majoritaire, soit 16 sur 19".

Trois centrales thermiques sont par ailleurs déjà à l'arrêt: Cordemais (Loire-Atlantique),Gardanne (Bouches-du-Rhône) et Porcheville (Yvelines), a rappelé Mme Cailletaud. Dans un communiqué diffusé dans la nuit, faisant le point à minuit, la FNME-CGT avait fait état de "baisses de charge entamées sur huit centrales allant jusqu'à 4.300 MW"."C'est le maximum de ce qu'ils pouvaient faire à cette heure, compte tenu" des impératifs techniques, a expliqué la porte-parole.

Mme Cailletaud a aussi fait part de "coupures (de courant) dans les Yvelines" et prévenu que des coupures pourraient intervenir localement."On recense entre 50% et 80% de grévistes selon les sites", a-t-elle ajouté, et "on nous dit que la mobilisation faiblit!".

Outre la CGT, la fédération FO Energie et Mines a annoncé mercredi "s'associer" aux journées de grèves et de manifestations prévues jeudi et le 14 juin, appelant les électriciens et gaziers à "mettre en débat" lors d'assemblées générales les "modalités d'action".

Le 21 janvier dernier, à l'occasion d'une journée d'action spécifique à EDF à l'appel de la CGT, la CFE-CGC et FO pour protester contre des suppressions d'emplois annoncées en comité central d'entreprise, des baisses de charge allant jusqu'à 12.000 MW, soit 20% de la production, avaient été enregistrées par la CGT. EDF avait alors recensé 21,12% de grévistes sur l'ensemble des salariés de l'entreprise.


Centrales nucléaires : le point sur la grève
Nous faisons ici le point sur l'action syndicale dans les centrales nucléaires de la région dans le cadre du mouvement contre la loi travail

 

Sur le même sujet

Les + Lus