L'enseigne de restauration Brut Butcher annonce le retrait de ses tee-shirts sexistes

Terminé le t-shirt aux inscriptions controversées comme "Un restau très cochon", "Il est cho Rizo", ou "À poêle les dindes". La direction de l'enseigne  stéphanoise, Brut Butcher, a annoncé, ce jeudi 11 février 2021, le retrait de ces tenues de travail, jugées sexistes et dégradantes.

Levée de boucliers contre les tee-shirts sexistes de Brut Butcher.
Levée de boucliers contre les tee-shirts sexistes de Brut Butcher. © Google street view - octobre 2019

Des excuses ont été présentées par la direction aux 200 salariés de la chaîne de restauration. "Je tiens à m'excuser si ces tee-shirts ont pu heurter certains d'entre vous. J'ai donc pris la décision de vous envoyer des tee-shirts blancs dans votre livraison de samedi, en attendant la production de nouveaux uniformes", a déclaré le directeur de Brut Butcher ce jeudi 11 février 2021. Face à la polémique, les t-shirts aux inscriptions jugées sexistes et dégradantes sont officiellement retirés.

Rappel à l'ordre de l'inspection du travail de la Loire à l'été 2020

Parmi les inscriptions controversées présentes sur les vêtements de travail, figurent "Un restau très cochon", "Il est cho Rizo", ou "À poêle les dindes". Des inscriptions propices à "des remarques obscènes et salaces de la part de certains clients", selon Frédéric Leschiera, responsable régional commerce et services du syndicat Sud.
Dans un courrier adressé à la fin du mois de janvier au Conseil des Prud'hommes de Saint-Etienne, l'avocat de l'enseigne a démenti la moindre plainte des employés au sujet de ces "slogans humoristiques". Ces tenues de travail étaient imposées depuis plus de trois ans,  à une partie des employés dans la vingtaine de restaurants Brut Butcher en France.

"On prend acte des excuses de la direction et de l'annonce du retrait des tee-shirts sexistes. Toutefois l'employeur n'a toujours pas consulté les délégués du personnel sur le visuel des futures tenues de travail", a réagi M. Leschiera.

Manifestation maintenue le 13 février contre les "badgeuses photos"

Avec la levée de boucliers du début de la semaine, l'organisation d'une manifestation avait été annoncée pour le samedi 13 février. L'annonce du retrait des t-shirts sexistes ne change rien à l'appel. "La manifestation prévue samedi à Saint-Etienne est maintenue et une autre aura lieu au même moment devant le Brut Butcher du Pontet, près d'Avignon", a indiqué à l'AFP le responsable du syndicat Sud. Il reste en effet un point de conflit : "les badgeuses photos" dont le retrait est également exigé.

Qu'est-ce que ces "badgeuses photos" ? Cela consiste à la prise de photos des employés lors de chaque pointage, un système que la Commission nationale de l'informatique et des libertés a jugé trop intrusif. En août, la CNIL a ainsi considéré que l'utilisation de ces badgeuses "contrevenait au principe de minimisation" prévu par le règlement européen sur les données personnelles : "la collecte obligatoire et systématique, deux à quatre fois par jour, de la photographie de l'employé à chacun de ses pointages apparaît excessif".

Ces appareils sont utilisés dans la vingtaine d'établissements Brut Butcher en France. Les restaurants de l'enseigne stéphanoise fonctionne actuellement en mode commande à emporter et livraison à domicile, en raison de la crise sanitaire du Covid-19.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société consommation économie entreprises