Saint-Etienne: une fillette de 9 ans meurt suite à un accident de vélo, la police lance un appel à témoins

L'accident s'est produit rue du Monteil, dans le quartier du Soleil à Saint-Etienne / © BENELUXPIX/MAXPPP
L'accident s'est produit rue du Monteil, dans le quartier du Soleil à Saint-Etienne / © BENELUXPIX/MAXPPP

A Saint-Etienne, une fillette s'est élancée dans une descente avec un vélo abandonné et mal entretenu. Sans frein ni casque, elle a percuté un arbre. Elle est morte à son arrivée à l'hôpital.

Par Arnaud Jacques

Le drame s'est produit ce jeudi 12 septembre à 17h20. Trouvant un vélo abandonné, une jeune fille de 9 ans décide de s'élancer dans une descente rue de Monteil à Saint-Etienne. Sans frein, elle perd le contrôle et termine sa course contre un arbre. Malgré les tentatives de réanimation, elle est morte à l'hôpital.
 

Transportée à l'hôpital Nord 


A l'arrivée des pompiers, la fillette est encore en vie, mais le choc a été très violent. Touchée à la tête, elle souffre de multiples fractures au crâne. Les pompiers la transportent d'urgence, dans un état grave, à l'hôpital Nord. Mais les efforts du personnel de réanimation pédiatrique seront vains, elle ne survit pas à ses blessures.

La police lance un appel à témoins

 
Afin d'éclairer les enquêteurs sur les circonstances de l'accident, la police nationale lance un appel à témoins.
 

Casque obligatoire pour les moins de 12 ans


Depuis le 22 mars 2017, le port du casque est obligatoire à vélo pour les enfants de moins de 12 ans. Selon le ministère de l'Intérieur, les chocs à la tête peuvent causer des traumatismes plus graves chez les jeunes enfants que chez les adultes ou adolescents. Le casque diminuerait le risque de blessure sérieuse à la tête de 70%, le risque de blessure mineure de 31% et le risque de blessure au visage de 28%. Le port du casque diminuerait drastiquement le risque de perte de connaissance : à plus de 10 km/h, il passe de 98% dans le cas d’une tête non casquée à 0,1% pour une tête casquée.
 

Sur le même sujet

L'interview de Laurent Soullier, commandant la CRS Alpes

Les + Lus