L.Wauquiez accuse le gouvernement de vouloir “des Calais partout en France”

Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et président par intérim des Républicains (LR), "n'acceptera pas" l'objectif du gouvernement" de répartir les migrants, une "folie" qui va "multiplier des Calais partout en France".Une formule qui scandalise les ténors socialistes.  

Par Philippe Bette

Le gouvernement compte avoir créé 12.000 places d'hébergement d'ici à la fin de l'année pour évacuer les migrants de Calais et Paris, selon un "relevé de conclusions" révélé mardi par le Figaro et qu'a pu consulter l'AFP.La répartition se fera selon un "critère démographique pondéré par les efforts
faits par chaque région", demandant par exemple 1.800 places à la région Auvergne-Rhône-Alpes.


"C'est de la folie". "On ne résout pas Calais, on va multiplier des Calais partout en France". "On s'apprête avec ce plan à créer un appel d'air énorme sur l'immigration clandestine. C'est fait avec un mépris pour la population et les élus qui est absolument incroyable", a réagi M. Wauquiez mercredi sur RTL.


"Wauquiez raconte des histoires" 


A la tête de sa région, M. Wauquiez "n'acceptera pas" et entend "s'opposer" à ce plan. "On a des élus locaux qui peuvent faire des recours juridiques pour s'opposer à des décisions imposées par des préfets sans la moindre consultation", a-t-il dit.

Ces propos de M. Wauquiez ont fait vivement réagir des ténors socialistes. Le président de l'Assemblée Claude Bartolone l'a accusé de "raconter des histoires" au sujet de ces migrants qui, dans une "très grande majorité essayent d'échapper à la mort, et à la souffrance". "C'est de notre responsabilité" de les accueillir, a dit l' élu de Seine-Saint-Denis.

"Quand (M. Wauquiez) est arrivé à l'Assemblée nationale, il apparaissait plutôt progressiste (...) au sein de la droite. Et aujourd'hui quelques fois lorsque je l'entends s'exprimer, lorsque j'entends l'extrême droite parler, je me dis, mais quel est l'original et quelle est la copie ?", a ajouté M. Bartolone lors de l'émission "Questions d'info" LCP/Le Monde/AFP/France Info.
 


Sur le même sujet

Les + Lus