• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Météo France : comment lutter contre la grêle ?

Un violent orage de grêle s'est abattu à Romans-sur-Isère le week-end du 15 au 16 juin. / © Jeremy PERRAUD / MAXPPP
Un violent orage de grêle s'est abattu à Romans-sur-Isère le week-end du 15 au 16 juin. / © Jeremy PERRAUD / MAXPPP

De la grêle est annoncée dans les trois départements des Alpes, vendredi 21 juin, moins d'une semaine après les violents orages qui ont frappé la région. Pour limiter les dégâts, une solution est souvent avancée : l'iodure d'argent. Pour autant, son efficacité ne fais pas consensus.

Par MD

Les intempéries ont déjà fait de nombreux dégâts lors du week-end des 15 et 16 juin en Auvergne-Rhône-Alpes. Alors que cet épisode a coûté cher aux agriculteurs et à certains particuliers, la grêle risque de faire son retour dès vendredi, notamment en Isère, Savoie et Haute-Savoie.
 

Pour éviter un nouveau désastre, plusieurs solutions existent dont l'iodure d'argent. En ensemençant les nuages de grêle de cette substance (par avion ou grâce à un dispositif au sol), la taille des grêlons est supposée réduire, limitant ainsi les dégâts. Mais l'efficacité de ce procédé reste controversée car si la croissance des grêlons est freinée, leur nombre est multiplié. Un potentiel danger selon certains scientifiques.

"L'ensemencement à l'iodure d'argent de régions nuageuses contenant beaucoup d'eau surfondue pourrait être dangereux et ainsi augmenter le nombre d'embryons de grêlons qui peuvent tous atteindre une taille importante", rapportent des chercheurs canadiens qui le qualifie d'"activité controversée". Ce qui ne l'a pas empêchée de se développer en France ou en Suisse où de nombreuses stations d'ensemencement ont été installées.

 

Pas de consensus


Depuis mai 2017, le vignoble du Beaujolais s'est équipé d'une quarantaine de ces diffuseurs anti-grêle. Chaque relais permet de vaporiser des milliards de molécules de cette solution d'iodure d'argent qui vont se loger au coeur de l'orage. D'autres départements voisins comme la Drôme, le Vaucluse ou l'Ardèche en sont aussi équipés.

Quelle efficacité réelle ? Difficile de répondre avec certitude. Mais selon l'Association nationale d'études et de lutte contre les fléaux atmosphériques (Anelfa) qui s'appuie sur des données d'assurances, ces diffuseurs permettraient de limiter les pertes aux récoltes. Par ailleurs, l'Anelfa est formelle"les grêlons tombent plus lentement et fondent en totalité ou en partie avant d'atteindre le sol" grâce aux stations d'ensemencement à condition que le dispositif soit mis en place sur "une large zone".

Aucun consensus scientifique n'est donc établi sur cette pratique. Pour certains elle aggraverait la situation tandis que selon d'autres, elle l'améliorerait considérablement. Toujours est-il que les trois départements des Alpes ne sont pas concernés par ces diffuseurs anti-grêle, les plus proches se trouvant en Suisse. En 2015, on comptait 838 stations d’ensemencement couvrant une superficie totale d’environ 70 000 km², soit la plupart des vignobles français.

 

Sur le même sujet

Championnat de France d'enduro

Les + Lus