Le ministère censure un rapport sur les sports de montagne révèle Mediapart

Le ministère censure un rapport sur les sports de montagne révèle Mediapart

Le site d'information en ligne Médiapart révèle mercredi 15 février 2017 que le rapport sur l'Ecole nationale des sports de montagne (ENSM), structure chargée de la formation des moniteurs de ski, des guides de haute montagne, a été "expurgé de ses passages les plus critiques". 

Par Cyrielle Cabot

Sur le site du Ministère de la jeunesse et des sports, le rapport de l'Ecole nationale des sports de montagne (ENSM), structure chargée de la formation des moniteurs de ski, des guides de haute montagne et des accompagnateurs de moyenne montagne, est parsemé de passages occultés, repassés en noir, revèle le site d'information en ligne Mediapart mercredi 15 février 2017.

© Capture d'écran du rapport de l'ENSM daté du 10 février 2017.
© Capture d'écran du rapport de l'ENSM daté du 10 février 2017.

Raison invoquée par le cabinet du secrétaire d’État, Thierry Braillard, contacté par Mediapart  : "la protection d’intérêts personnels". Le site d'information en ligne souligne cependant que les passages rendus illisibles "concernent, au contraire, la mainmise de trois syndicats historiques sur le secteur, évoquent de possibles fraudes au code des marchés publics ou s’inquiètent de l’inertie de l’administration elle-même."
 
Parmi les passages censurés, celui sur le "recyclage", la formation d’actualisation des compétences délivrée tous les six ans aux professionnels de l’enseignement et de l’encadrement des sports de montagne. Il montrerait l'emprise de trois syndicats, le Syndicat national des guides de montagne (SNGM), le Syndicat national des accompagnateurs de montagne (SNAM) et le Syndicat national des moniteurs de ski français (SNMSF) sur toute la filière. Médiapart révèle ainsi une situation de conflits d'intérêts. 

Au centre de l'attention : Gilles Chabert, président du syndicat national des moniteurs de ski français, patron des écoles de ski français (ESF), administrateur du Dauphiné libéré et vice-président chargé de la montagne à la région Auvergne-Rhône-Alpes, déjà mis en cause en janvier dernier par le journal Acteurs de l'économie pour des prises illégales d'intérêt. 

Par ailleurs, la conseillère régionale Corrine Morel Darleux a annoncé le 9 février 2017 la saisie du procureur de la république suite aux soupçons de prises illégales d'intérêts de Gilles Chabert.

Une lettre au Premier ministre et au Président de la République

Suite à ses révélations, le syndicat interprofesisonnel de la montagne a adressé mercredi 15 février 2017 une lettre ouverte à Bernard Cazeneuve et à François Hollande. "Des faits particulièrement graves sont mis en évidence. Il apparaît notamment que des écoles nationales, diverses instances administratives et des fonds publics conséquents ont été mobilisés depuis des années au service des intérêts privés de quelques syndicats professionnels (le SNMSF, le SNGM et le SNAM), au mépris de l’esprit du service public, de l’intérêt général, de l’intérêt de l’État lui-même et de plusieurs lois et principes constitutionnels", écrit ainsi l'organisme. 

"M Braillard, secrétaire d'Etat chargés aux sports et Kanner, ministre des sports ont été parfaitement alertés depuis mai 2014 sur des faits qui sont confirmés aujourd’hui par le rapport d’inspection générale et par Mediapart. Mais au lieu d’y remédier, ils ont perpétué voire aggravé les dysfonctionnements et les infractions." ajoute la lettre. 

"Je vous demande donc, Monsieur le Premier Ministre, soit de contraindre MM. Kanner et Braillard à conduire de toute urgence les réformes qui s’imposent au regard du rapport d’inspection générale, des procédures en cours et du droit français, soit de les démettre de leurs fonctions et de mandater d’autres responsables politiques ou administratifs pour agir à leur place."

 



A lire aussi

Sur le même sujet

Agriculteurs en colère dans la Loire (et ailleurs) : on vous dit pourquoi !

Les + Lus