• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Nuit agitée à Grenoble : 13 personnes en garde à vue

Illustration Hôtel de Police de Grenoble.
Illustration Hôtel de Police de Grenoble.

Agressions, outrages, bagarres, conduite sous l'emprise de l'alcool, des actes de violences épars ont émaillé la nuit grenobloise ce 11 octobre. Un samedi soir particulièrement mouvementé selon les policiers.

Par Céline Serrano

Les soirées alcoolisées et les débordements qu'elles entraînent, pompiers, gendarmes et policiers y sont confrontés chaque fin de semaine. 
Sans raison apparente, cette nuit du 11 octobre a été particulièrement agitée à Grenoble, et au matin on comptait 13 personnes en garde à vue à l'hôtel de Police.


Deux interventions marquantes

Vers 1h40 sur le cours Jean Jaurès, un véhicule tentant d'échapper à un contrôle après avoir grillé un feu, a percuté un véhicule de la Police Municipale.
Heurtées par la voiture des fuyards, deux jeunes passantes ont été blessées.
La première, âgée de 24 ans a été transportée au CHU avec une fracture ouverte à la jambe. La deuxième, âgée de 20 ans,  n'a été que légèrement blessée.
Les deux auteurs de l'accident ont été immédiatement interpellés et placés en garde à vue. Âgés de 21 et 17 ans, les deux jeunes hommes sont bien connus des services de Police.

Et vers 7h ce dimanche, c'est un sapeur pompier qui a été agressé alors qu'il intervenait à la suite d'un accident de la route. 
Alertés pour un véhicule sur le toit à l'angle de la rue Kaunas et de l'avenue de Jeux Olympiques, les secours n'ont trouvé personne en arrivant sur les lieux. Puis un groupe de six jeunes gens est arrivé, semblant vouloir récupérer des affaires dans les deux véhicules en cause dans l'accident.
Une violente altercation a éclaté entre eux.
Tentant de s'interposer un sapeur-pompier a été mis au sol, frappé notamment de coups de pieds à la tête. Légèrement blessé, il a été admis à l'hôpital pour s'assurer de l'absence de traumatisme cranien.
Son témoignage devrait permettre d'identifier ses agresseurs, que selon l'un de ses collègues, ils avaient déjà croisé.

Sur le même sujet

Drôme : les bouchons de l'autoroute du soleil, c'est son boulot !

Les + Lus