"Petites Soeurs" et hôpital public ouvrent un service de néonatologie à Bourgoin-Jallieu

Publié le Mis à jour le
Écrit par Mickael Guiho

Après 20 ans de négociations, l'hôpital public Pierre Oudot et la clinique St-Vincent de Paul, établissements voisins à Bourgoin-Jallieu (Isère), ont ouvert un service de néonatologie commun, lundi 14 mars.

Avant, dans le Nord-Isère, les nouveaux-nés en difficulté et leurs mamans étaient réorientés à Lyon, voire Grenoble ou Vienne, pour être pris en charge dans un service de néonatologie. Depuis lundi 14 mars, c'est fini, puisqu'un tel service a enfin ouvert à Bourgoin-Jallieu, avec six chambres pour le moment. Seuls les cas très compliqués seront transférés.

L'originalité de ce service, c'est qu'il est commun au centre hospitalier Pierre Oudot et à la clinique catholique St-Vincent de Paul. Un partenariat public-privé monté l'année dernière, dans la suite de la création du Médipôle, qui regroupe les locaux de plusieurs établissements à Bourgoin-Jallieu. Mais cela faisait 20 ans qu'un tel service était attendu.



Pourquoi ce mariage ?


En fait, les deux établissements voulaient leur propre service : le premier au nom du service public ; le second parce que c'est une maternité, et parce que les deux autres cliniques de l'Alliance des maternités catholiques, en Provence et à Paris, avaient déjà leur service de néonatologie (donc pourquoi pas celle de Bourgoin-Jallieu ?).

Mais depuis 20 ans, l'Agence régionale de santé refusait la création de deux services identiques quasiment au même endroit. Elle ne voulait pas non plus trancher en faveur de l'un ou l'autre des établissements. Ce n'est qu'en avril 2015 que l'hôpital et la clinique lui ont présenté une solution âprement négociée, un partenariat qu'ils jugent "équitable."

Reportage d'Isabelle Guyader, Gilles Ragris & Philippe Caillat
durée de la vidéo: 02 min 08
20 ans après, alleluia !

Une année chez l'un, une année chez l'autre


L'équipe du service est mixte. Les personnels viennent de passer une semaine à faire connaissance et à finaliser la préparation du service. Le nouveau service de néonatologie établit donc un lien entre l'hôpital public et la clinique... prolongé par la construction d'une passerelle entre les deux bâtiments.


Mais si le public et le privé se sont mariés, il font en quelque sorte chambre à part. Pour ménager les susceptibilités, le service sera déménagé chaque année, pour être un coup dans l'enceinte de la clinique privée, un autre dans les bâtiments de l'hôpital public. C'est en tout cas la solution trouvée à ce jour.

Bonne nouvelle pour les patients : les tarifs seront les mêmes, que l'on vienne d'un côté ou de l'autre de la passerelle.